Mariages.

Quel étonnant mariage ! D’un côté Patrick Devedjian, le président du conseil départemental des Hauts-de-Seine, qui voulait « nettoyer les écuries d’Augias » de la gestion Sarko-Pasqua. De l’autre, le patron des Yvelines, Pierre Bédier, condamné à 18 mois de prison avec sursis pour corruption passive et recel d’abus de biens sociaux. Ces deux élus LR ont décidé tout seuls d’annoncer leur volonté d’unir leurs départements pour le meilleur et le pire.
Cette lune de miel n’a rien de romantique. C’est une arme de guerre contre la métropole du Grand Paris, qui vise à paralyser la métropole naissante installée depuis le 1er janvier dernier et à complexifier encore le jeu institutionnel. Alors que la nouvelle Métropole envisage d’annexer, dans un esprit de simplification, d’ici quelques années, le fief de Devedjian et de tous les départements de la petite couronne : lire LaMétropoledeParisPrêteàseLancer/ et Fusion-des-Hauts-de-Seine-et-des-Yvelines-un-projet-delirant-en-contradiction-avec-la-metropole-du-Grand-Paris/. Rappelons tout de même que lors des élections départementales qui se sont tenues il y a seulement un an, aucun des programmes politiques proposés alors par la Droite pour chaque canton– pas même celui de Patrick Devedjian – n’a évoqué cette fusion des Hauts-de-Seine avec les Yvelines. Et on voudrait aujourd’hui imposer ce choix sans aucune consultation de la population !
Nous n’en sommes qu’au stade des fiançailles. Les bans ne sont pas prêt d’être en cours de publication.

La fusion de Boulogne-Billancourt et Issy-les-Moulineaux envisagé par les deux maires a pris tout le monde de court. Quant à en parler au citoyen et y associer la population ? Pensez-vous : les deux maires, André Santini et Christophe Baguet,envisageraient au mieux de consulter la population sur … le futur nom. Ceux-ci estimant que le sujet de fusion est beaucoup trop complexe pour l’entendement moyen des citoyens. Une affaire de professionnels de la politique, et qui ne concerne d’ailleurs même pas la plupart des conseillers municipaux ! Ce projet aurait  pourtant imposer un consentement des habitants des deux communes par référendum, dans la mesure où celui-ci n’a jamais été évoqué dans les programmes des campagnes électorales des dernières municipales de 2014.  Ce processus inédit de rapprochement entre deux grosses communes des Hauts-de-Seine sera engagé le 9 juillet. Le 1er janvier 2018, Boulogne-Issy deviendra la 12ème ville de France. Le préfet d’Ile-de-France a d’ores-et-déjà donné son feu vert.

L’an dernier, les huit communes de la communauté d’agglomération Grand Paris Seine Ouest (GPSO ) dont Chaville fait partie, devenue établissement public territorial et présidé par le maire de Boulogne, avaient déjà émis l’envie de fusionner face à la baisse des concours financiers de l’État aux collectivités territoriales. Les maires avaient voulu détourner l’objet du dispositif mis en place pour les petites communes. Le projet avait été finalement abandonné (lire Les-communes-de-GPSO-ne-fusionneront-pas/). Depuis, Hervé Marseille, maire de Meudon, pense que  : « le calendrier de ce mariage Boulogne-Issy va faire que les autres communes de GPSO vont réfléchir. Soit on fusionne, soit on reste comme on est » .
Le maire de Chaville, Jean-Jacques Guillet, envisage-t-il d’inscrire notre commune Chaville dans la réflexion engagée par les maires de Boulogne et Issy ? Jusqu’ici, nos élus n’ont pas été consultés, ni n’ont fait l’objet d’une quelconque information de la part du Maire de Chaville.
A suivre ….

Previous post
Next post

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *