Fusion des Hauts-de-Seine et des Yvelines : Un projet délirant en contradiction avec la Métropole du Grand Paris.

92-78Patrick Devedjian, Président du Conseil départemental des Hauts-de-Seine et Pierre Bédier, Président du Conseil départemental des Yvelines, ont décidé tous les deux, dans leur coin, de fusionner leurs départements.
A l’heure où la Métropole du Grand Paris vient élire son premier président et inaugurer une nouvelle ère pour notre département, Patrick Devedjian choisit de tourner le dos à Paris et aux autres départements pour fusionner avec les Yvelines.

Cette volonté unilatérale intervient à contre-temps. Elle n’est motivée par aucune logique économique, sociale, géographique et politique, mais uniquement par des arrières-pensées politiciennes et claniques qui visent à paralyser la métropole naissante installée depuis le 1er janvier dernier et à complexifier encore le jeu institutionnel.
D’un côté, les communes du 92 seront membres de la Métropole, de l’autre, le Département, hors sol, fusionne avec les Yvelines dont les communes sont en dehors du périmètre métropolitain.
D’un côté un département, le 78, qui compte encore de nombreux secteurs ruraux, et de l’autre le 92, un département totalement urbanisé et tourné vers Paris.
Cette décision va à rebours de l’Histoire. Elle est en complète contradiction avec le centre de gravité de la métropole qu’est Paris et la continuité territoriale des villes de la première couronne avec la Métropole.
M. Devedjian ne fera par exemple croire à personne que La Défense constitue le prolongement de Versailles. Pour tous les investisseurs étrangers, La Défense, c’est Paris.

Ce projet est un véritable déni de démocratie. Alors que les élections départementales se sont tenues il y a moins d’un an, aucun des programmes politiques proposés alors par la Droite pour chaque canton– pas même celui de Patrick Devedjian – n’a évoqué cette orientation. Et on voudrait aujourd’hui imposer ce choix sans aucune consultation de la population !! Nous demandons donc l’organisation d’un référendum pour que les Altoséquanais puissent se prononcer clairement.

Si nous voulons simplifier et rendre plus efficace le dispositif institutionnel, il faut supprimer un échelon au sein de la Métropole et que cet échelon devrait être, à l’échéance de 2020, le département. Pourquoi donc marier aujourd’hui deux départements dont l’un est appelé in fine à disparaitre et à fusionner dans la Métropole du Grand Paris ?

Nous fairons tout pour que ce projet rejoigne les cartons des mauvais rêves des élus qui ne pensent qu’à leur seul intérêt politique.

Previous post
Next post

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *