La métropole du Grand Paris a vu le jour le 1er janvier 2016.

Lors du dernier conseil municipal du 15 octobre, les membres du conseil municipal avaient à se prononcer sur le périmètre des Conseils de Territoires nouvellement créés pour préparer la création de la Métropole du Grand Paris qui sera lancée le 1er janvier 2016.
Les groupes AGIR et la Majorité municipale ont exprimé dans leurs tribunes dans le Chaville Magazine de Novembre 2015 des avis défavorables sur la création de la Métropole du Grand Paris.
Nous ne partageons pas leur avis. Pour Catherine Lime-Biffe, conseillère régionale Ile-de-France et conseillère municipale de Chaville, la MGP n’est pas une menace pour Chaville, mais une opportunité pour tous les habitants. carte-metropole

Que penser de cette création ainsi faite de la Métropole de Paris ?
Catherine Lime-Biffe  : Il faut revenir au constat de départ. Paris et la petite couronne sont retardataires à l’échelle internationale concernant la gouvernance métropolitaine avec une fragmentation communale de 131 communes ! Et qui aboutit à des logiques éparses en ce qui concerne l’aménagement, le logement, le développement économique. Cette fragmentation ne permet pas de déployer des politiques à la bonne échelle et en renchérit le coût avec au final des services moindres pour les habitants.
Paris et les départements de petite couronne sont le moteur économique de la France et concentre l’essentiel des centres de décisions Il était nécessaire de créer une plate-forme qui puisse coordonner les projets politiques de chaque ville/territoire dans des domaines essentielles où des attentes fortes sont attendus comme dans le logement et l’aménagement.

La Métropole du Grand Paris, c’est plus de services pour les habitants, et une vision d’ensemble pour développer notre territoire au lieu des projets politiques épars des 131 villes.

Cette Métropole est-elle un enjeu pour les citoyens ?
CLB : Bien évidemment. Certains élus disent que la MGP (Métropole du Grand Paris) n’intéresse pas les gens. Ce n’est pas vrai. Les habitants ont parfaitement conscience de la dynamique qu’elle va engendrer.
La Métropole du Grand Paris aura de nombreux défis à relever. Au-delà des transports, le Grand Paris fait naître l’émergence d’une communauté de destin entre des citoyens vivant « dans » et « autour » de Paris. En tant que future intercommunalité pour 131 communes, la Métropole du Grand Paris ne doit surtout pas se contenter d’être un échelon administratif supplémentaire sans valeur ajoutée. Cela ne ferait que renforcer la défiance des citoyens envers la classe politique et alimenter les procès en complexité, gaspillage d’argent public ou dilution des responsabilités existantes.
Cette nouvelle Métropole est une chance qu’il faut saisir, en particulier dans le cadre de la candidature prochaine de la ville de Paris aux Jeux Olympiques et à l’Exposition Universelle. La Métropole du Grand Paris doit prendre toute sa place en devenant le grand chef d’orchestre du développement moderne d’un territoire qui représente 20% du PIB français. Plus que jamais la Métropole est la bonne échelle pour une décision publique efficace. Il convient donc de la mettre rapidement à l’abri des velléités partisanes étriquées sous peine de la vider de sa substance et de ne demeurer qu’une coquille vide déconsidérée par les citoyens et les milieux économiques. La future gouvernance de la Métropole devra s’engager pleinement pour faire vivre cette entité et offrir aux « métropolitains » un véritable projet à la hauteur des ambitions internationales du Grand Paris tendant à rivaliser avec Londres ou New York. Et trouver des réponses concrètes aux enjeux environnementaux, économiques du territoire ou en faveur d’une politique du logement volontariste.  L’Ile-de-France est la première région économique d’Europe et la troisième au monde, derrière Tokyo et New-York. Elle est aussi la première destination touristique.
Cette « ville-monde » est une force d’entraînement pour tout notre pays.

Certains affirment que cette métropole va éloigner les citoyens des décisions politiques et que le fonctionnement est incompréhensible, qu’en pensez-vous ?
CLB : L’échelon municipal ne va pas disparaître. La concertation et la co-construction des projets avec les citoyens est surtout une question de volonté politique, et ce à tous les niveaux.
Il est certain qu’à Chaville la municipalité actuelle est très loin de ces nouveaux processus de décisions.
Nous ne voulons pas être défaitistes comme AGIR qui mettent les partis de Droite et de Gauche dans le même panier concernant le Grand Paris et flinguent le tout à l’emporte-pièce. C’est un raccourci à courte vue.
Cette métropole va mettre 20 ans à se construire, de par l’héritage et les habitudes de certaines baronnies. Le temps démocratique est un temps long. Les départements de petite couronne devraient être supprimés en 2020. Ce qui supprimera la strate supplémentaire dénoncée par AGIR. A droite, ils clament que le projet est mal ficelé. Ils veulent juste continuer à œuvrer dans l’entre-soi typique de la droite du département des Hauts-de-Seine.

Grand Paris Seine Ouest (Boulogne Billancourt, Chaville, Issy, Marnes la Coquette, Meudon, Sèvres, Vanves, Ville d’Avray) constitue dorénavant depuis le 1er janvier un des Territoires (T3) de la Métropole du Grand Paris : lorsque l’on vit dans un espace avec une continuité urbaine que nous connaissons, on ne peut pas fragmenter à l’infini la gestion de  l’espace urbain, des politiques d’ensembles doivent être conduites et chacun le comprend bien. Il est fini le temps où chacun vivait de son côté du périph’. Désormais, le tiers de la population active parisienne officie en banlieue alors que dans les années 1970, l’essentiel des Parisiens travaillaient dans Paris.

En conclusion, nous sommes pour le Grand Paris qui va permettre un développement coordonné de ce territoire composé de 131 communes et 7 millions d’habitants.
Oui, c’est compliqué. Mais c’est normal que cela soit compliqué (131 communes !). Oui, cela va se faire progressivement, sur plusieurs dizaines d’années. Oui, c’est imparfait en l’état, mais il faut voir à long terme. La métropole est une réalité pour les habitants depuis longtemps mais il faut toujours du temps pour que les institutions mesurent l’intensité des attentes et soient en mesure de conduire les changements profonds d’organisation

Catherine Lime-Biffe, conseillère régionale Ile-de-France, conseillère municipale de Chaville

Les chiffres clés de la MGP
Créée au 1er janvier 2016, elle aura 4 grands champs de compétences :
– politique locale de l’habitat,
– aménagement de l’espace métropolitain,
– développement économique, social et culturel,
– environnement.
La MGP rassemblera 131 communes, soit 7 millions d’habitants et 59% de la population régionale. Elle représentera 3/4 du PIB régional.

Previous post
Next post

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *