LE REDRESSEMENT CONTINUE

Et il produit des résultats. La première baisse du chômage depuis 2007 n’est pas une coïncidence de calendrier. C’est le résultat d’efforts pénibles malgré les moqueries et les lazzis. Le temps des réformes est toujours plus long que celui des élections. Rien ne nous est épargné. Même la presse dont la tâche est d’informer fait silence sur notre bilan et notre projet dans les régions. Elle a décidé d’écrire un autre récit. Elle rêve d’un, deux, trois 21 avril dans les régions, quitte à tordre les faits. Elle veut « essayer » le Front national, pour voir… Mais en politique, on ne joue pas avec les frissons. Il s’agit de changer la vie des gens en mieux. Qui peut croire que c’est l’extrême droite avec son projet et la droite avec son bilan des années 2002-2012 qui en sont capables ? Contrairement à d’autres, les socialistes apprennent de leur histoire.

 « C’est le premier tour qui fait le deuxième tour. Et à vouloir faire le deuxième tour avant le premier, on peut  perdre les deux, ça nous est déjà arrivé », a averti Cambadélis, le premier secrétaire du PS. Quoi qu’il se passe au deuxième tour, les meilleures conditions seront d’avoir réussi un bon premier tour. Il faut couper court au cynisme, au défaitisme ou à cette détestable fascination morbide pour le Front national : la gauche est le meilleur rempart contre le retour en arrière.
Previous post
Next post

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *