PS Chaville
PS Chaville

A l’occasion de la campagne des élections régionales.

L’Île-de-France va se doter de nouvelles fondations. Dans les prochains mois, il appartiendra à chaque candidat de proposer, à travers son programme, l’édifice qu’ils souhaitent construire sur la base de ces piliers fondateurs. Quelles sont ces fondations qui ancrent l’avenir de la région dans un horizon de moyen et long terme?

La première fondation est d’ordre institutionnel qui va mettre en place la Métropole du Grand Paris à partir de 2016. C’est le point d’aboutissement d’un long processus de débats, parfois virulents, sur la vision des institutions du Grand Paris. Fallait-il limiter le périmètre du Grand Paris aux départements de la petite couronne? Pouvait-on éviter la création d’un échelon territorial nouveau (communes, territoires, départements, métropole et région vont coexister), jetant des doutes sur les risques de générer un nouveau « mille-feuille » et de ne pas faire les économies de dépenses potentielles? Les compétences sont-elles bien réparties entre ces collectivités ? Il faut espérer que les élus de tous bords œuvreront, dans l’intérêt général, au mieux à leur démarrage l’année prochaine et leur montée en puissance.

La deuxième fondation correspond à celle des projets structurants. Le projet principal est celui de la construction du Grand Paris Express: un réseau de 200 km de lignes nouvelles en souterrain à l’horizon 2030, modifiant significativement l’espace francilien en reliant des pôles urbains et économiques majeurs. Les 72 nouvelles gares vont permettre de remodeler les territoires locaux. Les projets d’accompagnement (clusters) se multiplient à cet effet dans tous les groupements de communes concernés.
Les projections ambitieuses tablent également à l’horizon 2030 sur 1 million de logements supplémentaires, un parc automobile de 1 million de véhicules électriques ou encore 500 000m² de datas centers avec des innovations d’ampleur en matière de mobilité, renforcées par l’ère numérique.
Ces projets régionaux sont estimés à 30 milliards d’euros pour le seul Grand Paris Express.

La troisième fondation correspond à la mobilisation autour des candidatures des JO 2024 et de l’Exposition Universelle 2025, projets pleinement fédérateurs. Le succès des candidatures pourrait alors être un considérable accélérateur de ces projets.

On ne peut qu’espérer que le débat démocratique pourra se greffer à l’occasion de la campagne des élections régionales. C’est une formidable opportunité pour la région. Les candidats vont se démarquer sur de nombreux thèmes prioritaires pour le quotidien des franciliens, qu’il s’agisse de l’accès et des prix du logement, du rythme de modernisation des transports et des équipements, de l’environnement et la lutte contre la pollution, et du vivre-ensemble et de la cohésion sociale. Ils pourront aussi mettre à profit une transformation à venir sans précédent du territoire.

 

Régionales 2015 : Les candidats PS du 92.

Les élections régionales se dérouleront les 6 et 13 décembre 2015.
Dans les Hauts-de-Seine, les militants PS ont adopté le 9 juillet une liste de 30 personnes, paritaire et représentative de notre territoire.

BartoNadègeRobertoCLB
Photo : Les trois premiers candidats de la liste des Hauts-de-Seine Nadège Azzaz (Châtillon), Roberto Romero (Bagneux) et Catherine Lime (Chaville) autour de Claude Bartolone