PS Chaville
PS Chaville

« Il était une fois dans l’Ouest » : l’histoire politique des Hauts-de-Seine racontée dans un documentaire sur France 3

La corruption, moteur du développement des Hauts-de-Seine ? Telle est la thèse que ce film reprend à son compte, en racontant l’histoire « non-officielle » du « 9-2 » depuis la création du département en 1964 jusqu’à nos jours. Soit cinquante ans de chronique urbaine, sociale et politique, où l’on revient sur les luttes partisanes et les règlements de compte qui ont vu un groupe de « crocodiles » imposer leur loi dans ce marigot aux portes de Paris, grâce à des méthodes dignes des meilleurs westerns.

Dans cet eldorado immobilier où le mètre carré constructible est plus précieux que l’or noir, les gratte-ciels poussent comme des derricks et font jaillir du sol les euros par centaines de millions. Une terre de conquête idéale pour une bande d’aventuriers aux méthodes viriles et souvent expéditives, qui en ont fait leur chasse gardée pendant près d’un demi-siècle.
Cette réserve de vieux renards de la politique se nomme les Hauts-de-Seine. Ce documentaire propose d’en raconter l’histoire secrète, violente et tourmentée.

Du premier plan d’aménagement de la Défense au scandale de l’Office Public des HLM 92, de la conquête du « Far West » par Charles Pasqua et ses lieutenants jusqu’aux derniers déboires judiciaires du couple Balknay, ce documentaire explore les dessous du développement des Hauts-de-Seine et revient sur quelques affaire emblématiques de la politique made in 92.

Entre l’investigation historique et le thriller politique, il raconte comment un territoire à l’origine dominé par le Parti Communiste a été dans les années 1960 découpé, pensé, conçu, pour être la « vache à lait » du pouvoir gaulliste, et comment son extraordinaire développement économique a prospéré sur la collusion entre les milieux d’affaires et la politique.

Traverser le rideau de fumée, dénouer les fils des jeux financiers et politiques, remonter les méandres des « affaires », dévoiler l’envers du décor sous le vernis des apparences, c’est tout l’objet de ce documentaire sur les arcanes du département le plus « bling bling » de l’Hexagone. Un territoire qui concentre à lui seul tous les maux de la vie politique française …

« Il était une fois dans l’Ouest » sera diffusé sur France 3 le jeudi 23 avril à 23h20.

Tribune groupe socialiste – Avril 2015 – Chaville Magazine.

NOTRE PROPOSITION : METTRE EN PLACE UN BUDGET PARTICIPATIF SUR CHAVILLE

Notre ville est en retard sur la démocratie locale. Les conseils de quartier sont disparates, verrouillés par le Maire et son équipe et sans moyens. Les grands projets sont peu débattus.
Le Plan Local d’Urbanisme est resté confidentiel. Le minimum légal est toujours appliqué en ce qui concerne la concertation. Il faut aller plus loin.
Faire avancer la démocratie locale à Chaville, c’est impliquer concrètement plus de citoyens dans les projets, leur laisser l’initiative, partager l’aménagement de notre ville au quotidien.
C’est pourquoi nous proposons la mise en place d’un budget participatif.
Les conseils de quartiers doivent s’ouvrir à tous les citoyens quel que soit leur engagement et il faut les doter d’un budget. Par ailleurs nous proposons que 5 % du budget d’investissement (12 M ) soit à l’initiative des Chavillois. Le principe est simple : les citoyens émettent des idées qui relèvent de la compétence de la Ville et de l’intérêt général. Ensuite, la Ville décide de retenir un ou plusieurs projets et les met en oeuvre.
Voici quelques exemples de projets à Paris à l’initiative des habitants en 2014 : “rendre la rue aux enfants”, “cultiver dans les écoles”, “trier ses déchets au plus près”, “co-working étudiants6entrepreneurs”, “l’art dans la rue”, “végétaliser les murs”.
Parce que la participation active des citoyens est indispensable à l’avenir de Chaville, nous nous engageons pour une ville créative, participative et vivante.

Dernière minute : les centres de loisirs seront fermés deux semaines en août 2015. Après la fermeture des crèches et l’augmentation des services aux familles, ce sont les familles qui sont pénalisées et parmi elles les familles monoparentales.
Nous sommes pour un service public en continu toute l’année pour tous, y compris pour les familles avec enfants.