ENQUETE SUR LE CDT.

La communauté d’agglomération GPSO soumet à avis du public des 7 communes qui la composent, un contrat de développement territorial (CDT). Il s’agit d’énoncer les grandes lignes des projets urbains, économiques, culturels et environnementaux qu’elle compte mettre en œuvre, en lien avec la réalisation du métro Grand Paris Express. Conformément à l’article 21 de la loi sur le Grand Paris, un CDT doit présenter les conditions de financement de chaque projet et la participation des aménageurs éventuellement impliqués. Le CDT proposé par GPSO est composé de 43 projets, déclinés par ville et par thème. Tel que présenté, ce document laisse l’impression d’être un inventaire constitué à la va vite de projets épars souvent lancés avant la mise en place du Grand Paris et sans aucune dynamique d’ensemble. Il ne propose pas une vision stratégique de ce que devrait devenir GPSO dans la perspective plus large de l’évolution de la Région. Elus et citoyens de la ville de Chaville appartenant à la communauté d’agglomération GPSO, nous souhaitons apporter les remarques suivantes au CDT proposé :

Urbanisme :
Nous dénonçons une fois de plus la part trop belle faite à l’immobilier de bureau au détriment de l’effort aussi urgent que nécessaire à réaliser en matière de logement et notamment de logements aidés.
A Issy-les-Moulineaux, c’est un projet démesuré de trois tours avec 230.000 m2 de bureau. Est-ce cela la reconquête des berges de la Seine ?
Sur l’île Seguin, le projet de tours de bureaux densifiera à outrance ce lieu unique. Pourtant, il s’agit d’un lieu historique et dont l’urbanisation aura des conséquences réelles pour de nombreux habitants de GPSO qui ne veulent pas être confrontés à la vue d’un quartier d’affaire laissé au plaisir des promoteurs. Car cette île, part important de l’histoire de notre pays, constitue une formidable opportunité d’imaginer ce que peut être l’urbanisme de demain : durable, ouverte, mixte.
L’élargissement de la RD7 à 4 voies est, nous l’avons toujours dit dans les instances communales et intercommunales, la démonstration d’une fuite en avant, en l’absence de tout volontarisme dans la maîtrise des flux automobiles.
Il est surprenant, enfin, de trouver dans le cadre de ce document le projet du centre-ville de Chaville en cours de réalisation…; Dans un CDT, il ne faut pas faire l’inventaire du passé, mais regarder devant et dégager des visions d’avenir. Qui plus est, les projets énoncés dans le CDT sont juxtaposés et non intégrés entre eux. Ainsi en est-il de la « voie royale », qui aurait du faire l’objet d’une réflexion concertée sur l’ensemble de son linéaire, c’est-à-dire de la Porte de Saint Cloud à l’entrée de Viroflay. Il y a longtemps que nous demandons la requalification de cette autoroute urbaine qui coupe Sèvres et Chaville en deux.

Ville durable, logement, transports :
Le CDT proposé ne va pas dans le sens de la ville durable. Il renforce les grands déséquilibres de la région Île-de-France. Les populations les plus modestes habitent toujours à l’est et viennent toujours travailler à l’ouest. Or chacun doit pouvoir travailler à proximité de son lieu d’habitation. Il faut pouvoir loger ceux qui sont utiles à notre vie collective et à nos besoins individuels, répondre aux besoins de tous ceux qui font « marcher » une ville, comme les infirmières, les assistantes maternelles, les enseignants, les agents de la propreté, les policiers les aides-soignantes, les femmes de ménage, etc.  Et rendre ainsi la ville plus facile à vivre. Rater une vision d’ensemble, c’est refuser une politique globale et équilibrée
Nous regrettons que le CDT prenne, au sujet de l’équilibre domicile/travail le contre-pied des propositions du SDRIF (Schéma Régional d’Ile de France), alors même que ce CDT est censé être un outil d’application du SDRIF qui remodèle la Région dans la perspective de rééquilibrer emplois et logements entre l’Est et l’Ouest. Les jeunes et les classes moyennes n’ont plus les moyens de se loger dans les villes de GPSO qui, de ce fait, accueillent une population vieillissante.
Enfin, l’articulation des transports du territoire avec le nouveau réseau du Grand Paris Express est insuffisante. De nombreuses demandes de maillage des transports intracommunautaires ne sont pas prises en compte dans le CDT, pas plus que la mise en site propre de certaines lignes de bus, comme, par exemple le 171 qui va du pont de Sèvres à Chaville. Il faut doter GPSO d’un vrai CDT qui permettra de bénéficier à plein de la dynamique du nouveau réseau Grand Paris Express

 

 Sports :
La dimension sportive est complètement absente du document, alors qu’elle fait partie des objectifs des CDT clairement énoncés par la loi du Grand Paris. Aucun projet de développement sportif n’est énoncé dans le cadre de ce CDT.

 

Financement :
Des questions se posent autours du financement des 43 projets avec un manque certain de visibilité pour la suite, comme sur la capacité de l’Etat à apporter des compléments financiers. On note que pour nombre de projets, le montant de l’investissement est inconnu et /ou les modalités de financement absentes. (Ex, le Globe, projet culturel Ile Seguin, etc.). Les principes de leurs financements sont la plupart du temps à peine définis. Au final, quelle sera la part de la commune, de GPSO, de l’Etat ?

 En conclusion : Ce projet de CDT qui a été soumis aux conseils municipaux des 7 communes de GPSO, et fait actuellement l’objet d’une consultation publique, a manifestement été construit à la va-vite et traduit le manque de cohésion entre les maires de GPSO. Il n’y a pas de chef d’orchestre alors qu’il y a un besoin évident de cohérence d’ensemble du territoire.  Beaucoup de projets présentés demeurent flous, avec des coûts non estimés et des modes de financement non précisés. D’une manière générale, l’articulation des transports du territoire avec le nouveau réseau du Grand Paris Express est insuffisante. Comme d’autres, le CDT de GPSO manque d’une vision d’un avenir métropolitain qui engloberait Paris et l’ensemble des intercommunalités qui l’entourent.  En figeant une situation locale (avant même, d’ailleurs, l’arrivée de Vélizy et de Marnes la Coquette), en créant un « entre soi » de 7 communes qui se ressemblent, le CDT de GPSO risque fort d’isoler notre communauté et de contribuer à durcir les disparités du territoire métropolitain. Or face au risque de créer des territoires auto centrés  juxtaposés et concurrents, les questions de logement, de péréquations financière et de gouvernance resteront longtemps encore des enjeux de rapports de force et non de coopération.
Ce n’est pas l’objet d’un CDT.
C’est pourquoi nous demandons, à l’occasion de cette consultation publique, que le projet de CDT tel que présenté soit un profondément remanié et qu’il fasse l’objet d’une consultation préalable des habitants de GPSO.

Attention : vous avez jusqu’au vendredi 5 juillet pour, en mairie, consulter et déposer vos remarques sur le registre d’enquête portant sur le Contrat de développement territorial de GPSO .

Previous post
Next post

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *