Rencontre avec les responsables SNCF de la ligne L.

A la suite de l’enquête sur les dysfonctionnements de la ligne L, des élus et usagers ont rencontré les responsables SNCF. Il nous parait important de vous faire part des questions qui ont été posées et des réponses qui ont été apportées.

Les problèmes récurrents de la ligne L de la SNCF pénalisent et excèdent de nombreux usagers des gares de Chaville Rive Droite (entre autres !).

il a été remis aux responsables SNCF les questionnaires complétés par de très nombreux usagers et qui pointaient les problèmes les plus récurrents : – Trop d’annulations de trains – Pas assez d’informations voyageurs Les responsables SNCF rencontrés sont parfaitement informés de la situation, et conscients des difficultés des usagers. Ils n’ont pas de solution immédiate mais ont présenté des solutions mises en oeuvre à court et moyen terme.

Les données du problème La grosse difficulté demeure la saturation du trafic sur cette ligne (650 000 voyageurs / jour contre 300 000 en 2004). Par exemple, aux heures de pointe, il y a un train toutes les 3 minutes sur le tronçon St-Lazare / Défense. C’est un rythme proche de celui d’un métro. L’état des voies provoque également de nombreux incidents techniques. Là aussi, la densité du trafic est telle qu’un retard de quelques minutes sur un train entraîne une perturbation du trafic pour plusieurs heures. Enfin, la ligne devient un « goulet » à voie simple un peu plus loin sur le réseau (à proximité de La Défense). Autant il peut y avoir des trains « de réserve » en gare de Saint-Lazare, prêt à remplacer des rames en panne, autant, dans l’autre sens, c’est totalement impossible à cause du réseau.

Les solutions 1) les rames A partir de 2014, de nouveaux aménagements à Nanterre permettront de gagner légèrement en marge de manoeuvre pour adapter le trafic en cas d’incident (retard ou annulation).

2) les voies De 2012 à 2015, des travaux de régénération des voies se déroulent sur l’ensemble de la ligne. Ces améliorations permettront de réduire le nombre d’incidents (retards ou annulations), causés pour 1/3 par des problèmes d’infrastructures.

3) les études voyageurs La SNCF mène des études pour étudier le comportement des voyageurs en gare. Par exemple, quand un trop grand nombre de personnes sort d’un train en face d’un escalier, l’arrêt en gare dure plus longtemps que prévu, ce qui provoque un retard du train qui se répercute sur les trains suivants.

Selon la SNCF, toutes ces améliorations permettront d’une part de réduire le nombre d’incidents (retard ou annulation), d’autre part d’améliorer l’adaptation du trafic en cas d’incident. 

4) L’info en gare Elle sera centralisée à partir de 2014 pour donner une information complète en gare en temps réel. Un central avancé permettra d’informer les usagers en gare des retards, annulations et heures d’arrivée des prochains trains.

5) La formation des conducteurs Auparavant, les conducteurs étaient formés pour apporter aux voyageurs les consignes de sécurité. Désormais, en plus, ils sont formés pour apporter aux voyageurs des infos trafic. Peu à peu, les conducteurs participent à ces formations et l’objectif est que l’ensemble du personnel soit formé à fin 2014. Le blog http://malignel.transilien.com animé par des agents de la ligne L apporte un certain nombre d’informations sur le fonctionnement de la ligne.

6) A plus long terme Le déploiement d’Eole (financé par la Région) se fera en service voyageur à partir de 2020. Le percement du tunnel entre Haussman / St Lazare et La défense débutera en 2014. L’ouverture de cette ligne allégera la ligne L de la SNCF ce qui permettra là aussi des marges de manoeuvre importantes. La ligne du Grand Paris, dont la ligne Nord-Ouest devrait aboutir vers 2028 / 2030 constituera le dernier acte de l’amélioration des transports dans la proche banlieue nord ouest de la Région Parisienne.

Previous post
Next post

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *