PS Chaville
PS Chaville

L’héritage : Le vrai bilan complet de Nicolas Sarkozy.

Nette impression qu’un grand nombre de Français ont oublié les  quelques années passées et le bilan que la gauche a trouvé à son arrivée récente  au    pouvoir.
Alors il a semblé intéressant de  dresser un bilan le plus complet possible pour se remémorer d’où l’on  vient et dans quel état Sarkozyy a laissé la  France.
A l’image de son parcours personnel au RPR puis à  l’UMP, son quinquennat aura été chaotique, lui qui vantait aux Français une « République    irréprochable« .
On ne peut pas  affirmer que ces cinq années passées auront été un fleuve tranquille puisque  émaillées d’affaires, scandales, magouilles et condamnations en tout    genre,  « mouillants » ministres et entourage voire l’ex chef de l’Etat  lui-même.
Pour mémoire, voici donc « les affaires » du quinquennat  de Sarkozy, elles ont pour nom : L’affaire Karachi  Gate,
l’affaire Takieddine,
l’affaire  Bettencourt,
l’affaire Woerth (hippodrome de  Compiègne)
le scandale Tapie,
l’affaire  Clearstream,
les affaires Wildenstein,
les  voyages de Michelle Alliot-Marie en Tunisie,
le scandale  Joyandet,
la nomination de Jean Sarkozy,
les  cigares de Christian Blanc,
les condamnations  d’Hortefeux,
la légion d’honneur du couturier de  Sarkozy,
la légion d’honneur de l’expert comptable d’Eric  Woerth,
la légion d’honneur de Jacques  Servier
la légion d’honneur de Patrice de Maistre (gestionnaire  des Bettencourt),
les micros partis de Wauquiez, Copé,  Woerth,
les amis placés ici où là,
le scandale  Georges Tron,
l’espionnage du Monde,
le fiasco à  propos des vaccins contre le H1N1,
l’espionnage de  Médiapart,
l’affaire des fadettes, etc…. liste non  exhaustive

La compil des données concernant l’etat de la France au  départ de Sarkozy :
Économie  :
2,46 millions d’euros de salaire moyen, soit 150  Smic, pour les patrons du CAC40,
37,4 milliards d’euros de  dividendes versés aux actionnairess des sociétés du  CAC40,
0,7% de croissance (estimationn    2011)
148,8  milliards de déficit budgétaire (2010)
70 milliards de déficit commercial (commerce extérieur) en  2011 (39,1 milliards en 2007)
1 600 milliards d’euros  dette publiquee soit 82,3% du PIB fin 2010
la dette publique de la France est passée de 64.2% du PIB en 2007 à 82.3%  en 2010
172% d’augmentation du salaire présidentiellde Nicolas Sarkozy
2 milliards de baisse de l’Impôt Sur la Fortune pour les plus  riches

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Population :
8,173 millions de personnes pauvres
4,621  millions de personnes au chômage catégories A,B,C y compris DOM    (+6,5 % sur  un an)
2 922 100 personnes en catégorie A (« le coeur » du chômage, +    7,5%  en un an)
1 300 000 chômeurs supplémentaires  depuis le point le  plus bas de 2008
43% des jeunes hommes des quatiers sensibles sont au chômage
37% des  jeunes femmes des quartiers sensibles sont au  chômage
24,2% des jeunes de 15-24 ans sont au chômage.


 

 

 

 

 

 

 

Industrie
Selon une étude de Trendeo, au  cours des 3  dernières années (2009-2010-2011) la France a perdu près de 900 usines et 100  000 emplois    industriels.
Au cours des dix  dernières années c’est 750.000 emplois de perdus, chiffres absolument vertigineux.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sans aucun doute la crise économique depuis 2008 a fait des ravages (cf  tableau des plans sociaux  ci-dessus) mais n’est-il pas temps de faire  autrement ?  La part de l’industrie dans le PIB français a reculé de 18%  à 13% en 10 ans alors qu’elle est restée stable dans le PIB allemand (à 23%).  Allemagne qui est la référence ultime de Nicolas Sarkozy.

Emploi  :
Supression de 150  000 emplois dans la fonction publique d’État  dans le cadre de la révision  générale des politiques publiques (RGPP) consistant à ne remplacer qu’un  fonctionnaire sur  deux.

Liberté  :
38e en 2011, au classement mondial de la liberté de la presse
9ème au classement des droits de l’homme dans  l’UE
suppression purement et simplement du secrétariat aux droits de l’homme en juin  2009

Corruption :
25e au classement mondial de la perception de la corruption
14e au  classement européen de la perception de la corruption

 

 

 

 

 

 

 

 


Sécurité : 12 469 emplois de  policiers et gendarmes supprimés entre fin 2007 et  2012 21,2% d’augmentation  des violences à la personne en 5 ans 44 fichiers de Police créés en 5 ans


Education :
21e sur 65 pays en compréhension de l’écrit
22e  sur 65  en mathématiques
27e sur 65 en sciences
34e sur 34 pays pour le taux    d’encadrement des élèves (6,1  ensei­gnants pour 100 élèves ou étudiants)
8  700 emplois supprimés en 2007 dans l’Éducation nationale
11  200 emplois supprimés en 2008 dans l’Éducation nationale
13  500 emplois supprimés en 2009 dans l’Éducation nationale
16  000 emplois supprimés en 2010 dans l’Éducation nationale
16 000 emplois supprimés en 2011 dans l’Éducation nationale
14  000 emplois devraient être supprimés à la rentrée en septembre 2012 dans  l’Éducation nationale

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans le même temps les effectifs d’élèves n’ont absolument pas baissés,  bien au contraire ils se sont accrus (source Insee) :

 

La diminution des effectifs au sein de l’éducation    nationale décidée  par Sarkozy est bien un choix politique qui n’a absolument aucune corrélation  avec l’évolution, en hausse, des effectifs des élèves de tous  âges.

Santé :
2009 :  suppression de près de 9 800 postes sur un total de 762 790 (Ministre : Roselyne  Bachelot)

 

Justice : 
31  décembre 2009 suppression de 23 tribunaux de Grande instance et 172 tribunaux  d’instance
Au total entre 2008 et 2010 : 319 tribunaux  (grande instance et instance, commerce, prud’hommes) ont été supprimés (source) (Ministre : Rachida Dati)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Impôts :
Pour l’IRPP (impôts sur le revenu) voici la hausse prévue et votée  par Sarkozy et Fillon pour 2012 et 2013 (source) consistant à un gel du barème  de l’impôt sur le revenu, ce qui conduit à une augmentation généralisée de  l’impôt sur le revenu.

Ce tableau révèle combien l’injustice est criante, pour les les plus  modestes c’est près de 12% d’augmentation ! Rien que ça ! Pour l’ISF ( impôt de solidarité sur la fortune) Sarkozy avait fait  voter une modification de l’ISF consistant à une baisse importante de cet         impôt qui concerne les plus riches Français. Cette réduction représente  1,8 milliard d’euros à 2 milliards de manque à gagner pour le budget de l’Etat chaque année.

Pour le bouclier fiscal je vous indique ci-après son coût  énorme pour mémoire puisque Sarkozy l’avait supprimé cette année 2012 (source)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Exonération « cadeaux » aux entreprises      La réduction Fillon permet aux entreprises certaines exonérations de cotisations  sociales jusqu’à 1,6 fois le SMIC. Résultat, cela coûte une fortune, environ 30  milliards par an. (source).

 

 

 

 

 

 

 

 

Energie :– l’arnaque de  envolée du prix du gaz

Chacun peut ainsi se faire une idée de la réussite et des échecs de  Nicolas Sarkozy.

Le « Chaville Socialiste » de Mars-Avril 2013 est arrivé.

Vous trouverez ci joint le dernier numéro du Chaville Socialiste qui va être diffusé dans tout Chaville. Au sommaire : le Laboratoire des idées « Chaville 2014 », Les Emplois jeunes sur Chaville, un dossier complet sur la ZAC du centre ville, la concertation sur les rythmes scolaires, les impôts augmentent à GPSO ….

Il suffit de cliquer sur ChavilleSocialisteMarsAvril 2013 pour en savoir plus. En vous souhantant bonne lecture.

Penser globalement le vieillissement. Et à Chaville ?

Ayons l’ambition de penser globalement le vieillissement et d’adapter notre société à la révolution de l’âge.
C’est un des défis du quinquennat.  Un projet de loi est en préparation.  Autonomie, dignité pour bien vieillir dans notre pays.

Le rapport d’activité du SICESS (Syndicat Intercommunal pour l’Equipement Sanitaire et Social de Sèvres, Chaville et Ville d’Avray) est révélateur du peu d’intérêt que notre commune porte à ce sujet ces dernières années :
L’activité du SICESS consiste à apporter des concours financiers à l’équipement du centre hospitalier Jean Rostand et de la résidence médicalisée adjacente sur Sèvres dont le but est de répondre aux besoins sanitaires et sociaux des populations des trois villes.
45 lits sont réservés aux ressortissants des trois communes dans la résidence médicalisé pour les personnes âgées : soit 15 lits par commune.

Voici l’activité du SICESS depuis 1995 :
Entre 1994 et 1997   : 3 650 000 F pour mise aux normes de sécurité (55% des travaux).
1998                           : 250 000 F pour mise aux normes salle de réveil
1999                           : 360 000 F ascenseur + 340 000 F sécurité de l’établissement
2000                           : 75 000 F réfection des paliers
2001                           : 280 000 F pour chariots distribution de repas
2002                           : projet de construction d’une nouvelle maison de retraite.
2003                           : 66 286 euros pour travaux de déplacement des canalisations de la nouvelle résidence médicalisée
2004                             : 527 500 euros
2005                             : 400 000 euros
2006                             : 332 500 euros
2007-2012              : aucun investissement.
2012                           : 48 000 euros pour aménagement terrasse thérapeutique et remplacement du vieux mini bus.

Il n’y a aucune autre résidence médicalisée pour personne âgées sur Chaville.
Depuis 2008, monsieur Guillet est maire de Chaville.

La « Métropole de Paris » est née.

Création d’une sorte de super agglomération dotée d’importants pouvoirs en matière de logement, ce qu’il faudra appeler désormais « Métropole de Paris ».

Un schéma d’une structure métropolitaine se dessine: des communautés d’agglomérations obligatoires,  de 300000 habitants minimum en première couronne (200.000 pour le reste de l’unité urbaine). Et un conseil métropolitain réunissant ces agglos de première couronne. Les président des communautés d’agglomérations éliront un président du conseil en leur sein. La « Métropole de Paris » devrait voir le jour le 1er janvier 2016 à l’échelle de la zone dense de l’agglomération parisienne. Les maires seront appelés à se réunir “au moins une fois par an” dans une “assemblée des maires” pour “débattre du programme d’actions” de la Métropole.

La Métropole se voit confier l’organisation du logement. Elle élabore un schéma métropolitain, qui comprend aussi un volet hébergement et un volet transition énergétique pour la remise à niveau des bâtiments. La région fera elle aussi un plan régional mais la Métropole sera décisionnaire en cas de divergence d’objectifs sur son territoire. Elle pourra recevoir de l’Etat la délégation des aides à la pierre et bénéficiera d’un fonds d’investissement et d’une dotation de fonctionnement. La Métropole aura donc tous les outils pour encourager les maires bâtisseurs, aider au financement des équipements qui doivent accompagner les projets de logements et surtout, rééquilibrer les efforts de construction sur son périmètre.

 

Grand Paris : le supermétro enfin sur les rails.

Jean-Marc Ayrault a présenté la version définitive du projet qui doit transformer la métropole parisienne d’ici 2030. La métropole se prépare à un bouleversement inédit depuis la construction des lignes de RER, dans les années 1960 et 1970.

De nouveau, les transports sont au centre du projet : demain un nouveau réseau de métro, périphérique, le «supermétro», facilitera les déplacements de banlieue à banlieue. Mais l’objectif général du Grand Paris est de maintenir la position de l’Ile-de-France parmi les grands pôles économiques mondiaux.

Avec ses 72 stations et ses 200 kilomètres de voies, répartis sur quatre nouvelles lignes, le «grand huit» doit répondre aux difficultés de transport de millions de banlieusards, et rompre avec la structure centralisée du réseau actuel : en 2030, on pourra se déplacer facilement d’une ville de banlieue à une autre sans passer par la capitale. D’importantes retombées économiques sont attendues de l’aménagement autour des nouvelles gares.

Tout cela se monte à 26,5 milliards d’euros, selon Matignon. Le coût, considérable, est en nette hausse par rapport aux premières études, qui le chiffraient à une vingtaine de milliards d’euros. A cette somme s’ajouterait le coût de la modernisation du réseau actuel, sa prolongation par endroits et l’étoffement de l’offre de tramways et de RER, un «plan de mobilisation» à 7 milliards environ.

Le financement du projet repose sur la Société du Grand Paris. Il est principalement abondé par des taxes, notamment sur les immeubles de bureaux, ainsi que par une subvention de l’Etat. La SGP se financera également sur la concession des futures lignes aux compagnies exploitantes, qui seront choisies après un appel d’offre européen obligatoire.

Officiellement, tout sera fini en 2030. Les travaux vont débuter de manière progressive, dès 2015. Le gouvernement a choisi de jouer sur plusieurs tableaux à la fois : la rénovation ou le prolongement d’infrastructures existantes (lignes 4, 11, 12 et 14 du métro, notamment), ainsi que la construction des nouvelles lignes du Grand Paris Express.

A terme, annonce Jean-Marc Ayrault, «le temps de transport quotidien, qui n’a cessé d’augmenter pour atteindre une heure vingt en moyenne, contre dix minutes il y a 60 ans, redeviendra un temps raisonnable». 90% des Franciliens habiteront à moins de 2 km d’une gare.

Le projet doit aussi représenter un levier de développement économique. Grâce au dynamisme économique induit par ces nouvelles liaisons, ce sont 15000 emplois qui devraient voir le jour chaque année. Le premier ministre prévoit ainsi la création de 250.000 emplois à l’horizon 2030, dont 50.000 pour les transports du quotidien d’ici à 2017.

En 2020, la mise en service de la ligne 15 de Pont de Sèvres à Noisy-Champs est prévu.

Tribune groupe socialiste – Mars 2013 – Chaville Magazine.

PROGRAMME LOCAL HABITAT DE GPSO: ALLONS PLUS AVANT !
Le PLH est un document très important puisqu’il définit les grandes orientations en matière de logement de notre communauté d’agglomération pour les 6 prochaines années. Pour 2013/2018 ,il est prévu de construire 650 logements sociaux.

Mais, au vu du bilan précédent, le compte n’y est pas.En effet, de 2000 à 2010 la production a été insuffisante par rapport aux objectifs initiaux: 520 logements sociaux/an au lieu des 625 prévus ont été agréés.

De plus, pour atteindre 25 % de la loi SRU en 2025, il faut construire encore 900 logements/an. Par ailleurs, le PLH fait toujours la part belle au PLS (loyer à 13 euros le m²).Pourtant, on doit réaliser des programmes à 6 ou 7 euros le m² pour loger les populations à revenus faibles ou moyens. À Chaville, 17 % des foyers fiscaux gagnent l’équivalent d’un smic et 47 % environ 2000 euros net par mois.

Concernant les logements vacants (8 % dans notre commune), il est nécessaire de répertorier ceux qui le sont depuis 2 ans et plus, et mener une action incitative auprès des propriétaires pour tenter de conventionner quelques logements en partenariat avec le monde associatif.

Pour pallier à la faible rotation dans le logement social, il est indispensable de mettre en place une bourse d’échange garantissant le prix du loyer au m². Cela permettrait à des personnes vivantes seules (personnes âgées, familles séparées) dans un appartement devenu trop grand de déménager dans de bonnes conditions alors qu’il existe par ailleurs des situations de sur-occupation.

Il faut prendre en compte le vieillissement de la population et prévoir la construction d’EHPAD (Établissements d’Hébergement des Personnes Âgées Dépendantes) accessibles aux revenus des habitants(à Chaville, les tarifs du privé sont très élevés) et construire des foyers logements insérés dans les logements sociaux.

Nous sommes favorables à l’acquisition sociale de logements neufs dans le cadre du prêt social de location-accession (PSLA) en instituant des clauses non spéculatives. Cette proposition permettrait aux locataires de libérer des logements sociaux existants.

Des solutions innovantes ont vu le jour: coopératives d’habitants (Villeurbanne), béguinages pour les personnes âgées (Nord et Picardie). Ces modèles mériteraient d’être expérimentés sur GPSO.

Nouveau calendrier pour le Grand Paris Express ?

Le projet transport du Grand Paris approche du moment-clé des arbitrages de Matignon prévus le 6 mars.

Car l’échéance est cruciale: dans un contexte général de resserrement des dépenses publiques, Jean-Marc Ayrault va devoir dire s’il lance un projet de nouveau métro qui devrait coûter 25 milliards et s’il dégage les financements nécessaires pour la remise à niveau de l’existant (le « plan de mobilisation », 7 milliards).Car l’annonce d’un coût probable du réseau de moitié plus élevé que prévu n’a pas provoqué de réactions outrées sur la validité du chiffrage. Jean-Paul Huchon, président de la région, ou Valérie Pécresse, chef de son opposition, vont dans le même sens du constat qu’il manque en effet 10 milliards. Le devis initial fait en 2011 avait en effet été sous-estimé.

Le schéma du Grand Paris actuellement :

En ces temps de rigueur, le gouvernement va t’il montrer que sur un sujet majeur qui concerne des millions de personnes, il y a moyen d’être au rendez-vous ?
C’est une occasion pour le gouvernement de montrer qu’il y a là un grand projet avec des effets multiplicateurs.
Et qui créera de nombreux emplois dans la Région et renforcera l’attractivité du pays.

Encore faut-il financer les 10 milliards manquants.