La « face sombre de l’ancien monarque » Sarkozy vue des Hauts-de-Seine.

C’est une petite grenade littéraire qui fait trembler la droite dans les Hauts-de-Seine, avant même d’être dégoupillée. Lancée mercredi 13 juin, à la veille du second tour des législatives, « Le Monarque, son fils, son fief  » (éd. du Moment) est un livre qui ressemble à une mine destinée à sauter au visage de certains élus proches de Nicolas Sarkozyy, propre à ébranler l’ancien président lui-même.
Son auteur, Marie-Célie Guillaume, est la plus proche collaboratrice de Patrick Devedjiann, le président (UMP) du conseil général des Hauts-de-Seine. Directrice de son cabinet, dévouée à la défense de son patron, elle retrace les guerres internes qui ont secoué la droite des Hauts-de-Seine depuis 2008. Le livre met en lumière « la face sombre », selon l’auteur, de Nicolas Sarkozy.
Et y retrace le fiasco des municipales à Neuilly en 20008, la tentative avortée de Jean Sarkozy de prendre la direction de l’Etablissement public d’aménagement de La Défense (EPAD) en 2009,  les complots ourdis par les élus du département dirigés par les Balkany pour destituer Devedjian, l’éviction sur intervention de l’Elysée de celui-ci de la présidence de la fédération UMP des Hauts-de-Seine en novembre 2010 au bénéfice de Jean-Jacques Guillet et pour finir, le psychodrame de sa réélection à la présidence du département, en mars 2011.
Au final, le lecteur retire du récit l’image d’un « monarque » despote et clanique, qui n’a de cesse d’humilier Devedjian coupable à ses yeux d’avoir prétendu « nettoyer les écuries d’Augias » de sa « principauté » des Hauts-de-Seine et d’avoir torpillé la carrière politique naissante du « dauphin » Jean.
En vendant, à sa façon, la mèche, Mme Guillaume remet le feu au poudres dans la droite des Hauts-de-Seine.

Inspiré de l’article de Béatrice Jérôme, journaliste au Monde.

Previous post
Next post

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *