PS Chaville
PS Chaville

Le non-cumul, c’est maintenant !

Est-ce parce qu’on demande à des «cumulards» de légiférer sur le cumul des mandats que les choses n’avancent pas ? Le record d’abstention lors du scrutin législatif a trop été passé sous silence.
Désormais, pratiquement tous les pays occidentaux connaissent, en droit ou en fait, le non cumul avec pour commencer l’Allemagne où la Cour Constitutionnelle juge que l’exercice simultané des fonctions au Bundestag (parlement fédéral) et dans un Landtag (parlement régional) est incompatible avec la Loi fondamentale. Pensez vous que dans ces pays le non cumul soit à la source d’une mauvaise gouvernance ?
Le chef de l’Etat a bâti son succès électoral sur la promesse d’un renouvellement de la pratique démocratique.
La règle du non-cumul des mandats est l’un des leviers, pas le seul, pour revivifier la vie politique, diversifier les profils, rajeunir les têtes, les féminiser.
L’argument qui consiste à dire que ce n’est pas le moment a trop servi pour être audible : pour les élus concernés, ce n’est jamais le moment et ce ne sera jamais le moment.
Il faut en la matière un minimum de volontarisme politique.
Les socialistes ont marqué des points dans le registre de la parité et de la diversité par rapport à l’UMP. Gare au réflexe conservateur et corporatiste qui pointe sur la question du non-cumul. Espérons que sur ce point Hollande ne reculera pas.

Les premiers engagements pour l’école se concrétisent dans notre département !

Les académies de Versailles (dont dépend Chaville) et Créteil, en région parisienne, se taillent la part du lion dans la répartition des 1 000 postes supplémentaires de professeurs des écoles à la rentrée dans le primaire, selon un document du ministère rendu public mercredi. L’académie de Versailles obtient 100 postes et celle de Créteil 80 postes.

Cette répartition répond à plusieurs critères déterminants souvent cités par le ministre Vincent Peillon pour «corriger les injustices des suppressions de postes» décidées par le gouvernement précédent.

Dans un communiqué, le ministère cite «le niveau d’encadrement (nombre d’enseignant par élève) de chaque académie et la variation attendue des effectifs d’élèves». «La difficulté sociale et scolaire, de façon à renforcer les académies qui y sont le plus confrontées» a également été retenue.

Cette répartition répond aux souhaits de François Hollande qui a fait de l’école primaire une priorité pour lutter contre l’échec scolaire.

La création de ces 1 000 postes supplémentaires de professeurs des écoles, dans le secteur public, est l’une des mesures du «plan d’urgence» prévu pour la rentrée 2012 par le premier gouvernement Ayrault.

Le budget voté par la précédente majorité a prévu la suppression de 14 000 postes à cette rentrée dans l’Education nationale. Au total, environ 80 000 postes auront disparu entre 2007 et 2012 dans l’Education nationale.

Autre volet : le refinancement de 15 000 contrats aidés qui arrivent à échéance en juillet. Il s’agit d’AVS (auxiliaires de vie scolaire) et d’EVS (emplois vie scolaire) qui aident les directeurs d’école pour la partie administrative et qui accompagnent les élèves handicapés en classe.

Pour une démocratie renouvelée et revivifiée.

Ce dimanche 17 juin vient de parachever les résultats des présidentielles. Le nouveau président, son gouvernement et la majorité présidentielle (de l’Assemblée nationale et du sénat) vont s’atteler à redresser la France, à l’intérieur et à l’international : réduire le poids de la dette, reconstruire l’économie française, redonner l’espoir aux Français en terme de justice sociale, d’emplois, font dès maintenant partie des priorités attendues  des Français.

Cependant, la manière dont la démocratie s’exerce, sera aussi un dossier très important auquel il faudra, en parallèle des dossiers économiques et sociaux, s’atteler car il y va de notre façon de vivre ensemble, de la représentation des électeurs et des élus. Les signes évidents des dysfonctionnements semblent s’aggraver : taux de participation électorale en baisse tendancielle, populisme accentué.

Il s’agira de régler :
-les conditions d’accès aux candidatures aux présidentielles (le système des parrainages doit être revu, voire dans le sens d’un parrainage citoyen).
-le cumul des mandats dans le temps  (limiter le nombre de mandats du même type : par exemple ne pas pouvoir être député plus de 3 fois) et dans l’espace (limiter le nombre de mandats exercés en même temps).
-le mode de scrutin, notamment des législatives, en permettant qu’un part significative de députés soient élus au scrutin proportionnel, pour que tous les partis politiques importants aient une représentation parlementaire. Tous les modes de scrutin des autres instances (notamment municipales et territoriales) devront aussi être revus, de manière à  ce que se développent la parité, la diversité et la représentation des différents courants de pensée.
– le calendrier des élections présidentielles et législatives doivent être revues pour que les législatives retrouvent leur importance et ne soient pas qu’un scrutin « secondaire ».
Une piste pourrait être de prévoir une forme de concomitance entre les 2 types de scrutins.

D’autres points pourraient être aussi corrigés, comme par exemple le  mode de désignation des membres du conseil constitutionnel, la réforme du statut pénal du chef de l’Etat, le rôle accru du Parlement dans les nominations publiques, le droit de vote des étrangers aux élections locales, une nouvelle étape de la décentralisation, renforcement de la liberté des médias et de la justice.

F.Hollande a annoncé des avancées démocratiques en mettant en avant l’ « exigence d’une République exemplaire ». Les débuts de son quinquennat et de son gouvernement vont dans ce sens.

Il est nécessaire que la nouvelle majorité s’attelle à ces réformes, le plus vite qu’elle  le pourra. On peut penser  d’ailleurs, que,  sur la plupart des points, un large consensus peut être obtenu, au Parlement. Une attente forte existe aussi dans l’opinion sur ces sujets.

Législatives (2è tour) : très bons résultats sur Meudon 49,96%, Sèvres 49,84%, Chaville 49,32%.

Au soir du second tour des élections législatives, la candidate socialiste Catherine Lime-Biffe a réalisé le meilleur score jamais réalisé de la 8è circonscription avec 45,79%. Face à Catherine Lime-Biffe, M. Jean-Jacques Guillet disposait pourtant de l’appui de tous les maires de la circonscription. Nous souhaitons féliciter ce soir Catherine Lime-Biffe et Marc Mossé son suppléant, qui ont mené une belle campagne dans des conditions pourtant difficiles.
Sur Meudon, elle réalise 49,96%, sur Sèvres 49,84%, sur Chaville 49,32%.
C’est très encourageant pour les municipales à venir.
(A Ville d’Avray 36,09%, Vaucresson 27,03% et Marne-la-Coquette 20%).
Cliquez icif  pour avoir les résultats dans la 8ème.

Plus généralement, dans le département des Hauts-de-Seine, qui ne comptait plus de députés socialistes depuis 1993, quatre candidats ont été élus, auxquels il faut ajouter une élue Front de Gauche. Il s’agit d’un vrai revers pour la droite qui a toujours considéré le 92 comme son fief.

Dimanche prochain, tous aux urnes !

C’est dimanche prochain que tout se joue. Quels que soient les résultats encourageants du premier tour, la victoire reste à construire pour donner à François Hollande les moyens de mettre en œuvre concrètement ses 60 propositions pour le changement ! Notre circonscription a besoin d’une  nouvelle députée, Catherine Lime-Biffe, qui sera porter inlassablement à l’Assemblée la voix des citoyens.
Cette semaine, Catherine Lime-Biffe a œuvré pour le rassemblement. Des habitants issus de nombreuses sensibilités politiques nous ont rejoint : de la gauche, des écologistes, des centristes, des républicains et des démocrates.

Dimanche prochain, votre mobilisation massive dans les urnes sera la clé de l’élection.

Choisissez de rendre possible le redressement de notre pays dans la justice et la solidarité.

Diamche 17 juin, le changement a besoin d’une majorité !

Découvrez la profession de foi du second tour de Catherine Lime-Biffe.

Le changement est à notre portée, lors du deuxième tour de l’élection législative dans la 8ème circonscription des Hauts-de-Seine (Chaville, Meudon, Sèvres, Ville d’Avray, Vaucresson, Marne le Coquette). Notre candidate, Catherine Lime-Biffe (qui est également soutenue par Europe Ecologie les Verts (EELV), le Front de Gauche, le MRC et le PRG)  incarne ce renouveau. Découvrez la profession de foi du second tour de Catherine Lime-Biffe en cliquant ici

Vendredi, réunion à Meudon avec Catherine Lime-Biffe, Lucile Schmid (candidate sur la 8ème et 10ème circonscription) et notre ministre de la justice Christiane Taubira.

Nous sommes déjà dans la dernière ligne droite avant le second tour des législatives qui aura lieu dimanche.
Ce vendredi  15 juin, à l’école Jules Ferry (près de la gare de Meudon Val-Fleury, avenue de Louvois). nous vous donnons donc rendez-vous à 20h30, pour la dernière grande réunion publique du second tour tour.
Catherine Candelier, candidate EELV sur la 8ème circonscription et conseillère municipale à Sèvres, sera présente. Tout comme Marc Mossé et Philippe Berrée (suppléant respectif de Catherine Lime-Biffe et de Lucile Schmid) ainsi que Jean Levain, maire de Chaville (1995-2008).
La dynamique du changement est en marche. Venez nombreux !

« Petits règlement de comptes sur les ruines de la sarkozye », article du canard enchaîné. Extrait.

Dans les Hauts-de-Seine, le premier tour a sérieusement ébranlé les piliers du temple sarkozyste, comme en témoigne un premier inventaire des dégats. Ainsi, Patrick Balkany, maire de Levallois et grand ami de Sarko, pourrait perdre son immunité parlementaire. Il cède 6% et se retrouve menacé par le candidat PS, le maire de Clichy, Gilles Catoire. En 2007, contre le même, Balkany n’avait gagné qu’avec cinq points d’avance …
Claude Guéant, parachuté à Boulogne-Billancourt dans une circonscription en or, devrait être élu. Mais le dissident UMP Thierry Solère le talonne (moins de quatre points d’écart) et il se disait, mardi matin, décidé à se maintenir au second tour. Plus au sud, le très droitier maire du Plessis-Robinson, Philippe Pemezec, dégringole de 7% et pourrait se faire piquer son siège par le directeur de cabinet de Martine Aubry, Jean-Marc Germain.
A Chaville-Meudon, Jean-Jacques Guillet, ex-collaborateur de Pasqua, a perdu 13 points en faveur du PS. Enfin, à Asnières, l’UMP ne se fait plus guère d’illusions sur le sort de son député sortant Manuel Aeschlimann, un ancien collaborateur de Sarko qui accuse 10 points de retard sur le candidat PS.
… la suite, vous la trouverez dans l’édition du Canard du mercredi 13 juin 2012.

La « face sombre de l’ancien monarque » Sarkozy vue des Hauts-de-Seine.

C’est une petite grenade littéraire qui fait trembler la droite dans les Hauts-de-Seine, avant même d’être dégoupillée. Lancée mercredi 13 juin, à la veille du second tour des législatives, « Le Monarque, son fils, son fief  » (éd. du Moment) est un livre qui ressemble à une mine destinée à sauter au visage de certains élus proches de Nicolas Sarkozyy, propre à ébranler l’ancien président lui-même.
Son auteur, Marie-Célie Guillaume, est la plus proche collaboratrice de Patrick Devedjiann, le président (UMP) du conseil général des Hauts-de-Seine. Directrice de son cabinet, dévouée à la défense de son patron, elle retrace les guerres internes qui ont secoué la droite des Hauts-de-Seine depuis 2008. Le livre met en lumière « la face sombre », selon l’auteur, de Nicolas Sarkozy.
Et y retrace le fiasco des municipales à Neuilly en 20008, la tentative avortée de Jean Sarkozy de prendre la direction de l’Etablissement public d’aménagement de La Défense (EPAD) en 2009,  les complots ourdis par les élus du département dirigés par les Balkany pour destituer Devedjian, l’éviction sur intervention de l’Elysée de celui-ci de la présidence de la fédération UMP des Hauts-de-Seine en novembre 2010 au bénéfice de Jean-Jacques Guillet et pour finir, le psychodrame de sa réélection à la présidence du département, en mars 2011.
Au final, le lecteur retire du récit l’image d’un « monarque » despote et clanique, qui n’a de cesse d’humilier Devedjian coupable à ses yeux d’avoir prétendu « nettoyer les écuries d’Augias » de sa « principauté » des Hauts-de-Seine et d’avoir torpillé la carrière politique naissante du « dauphin » Jean.
En vendant, à sa façon, la mèche, Mme Guillaume remet le feu au poudres dans la droite des Hauts-de-Seine.

Inspiré de l’article de Béatrice Jérôme, journaliste au Monde.

Grand Meeting au Zénith avec Jean-Marc Ayrault, Martine Aubry et Bertrand Delanoë.

Le grand Meeting  Parisien des législatives en présence de Martine AUBRY, de Bertrand Delanoë et du Premier ministre, Jean-Marc AYRAULT se tiendra :

MERCREDI 13 JUIN 2012 À 19 HEURES au Zénith de Paris, parc de La Villette.
                    OUVERTURE DES PORTES À 18 HEURES 15.

Nous vous invitons bien sûr à y participer et à diffuser le plus largement possible l’information auprès de vous.
En présence de nos candidat-e-s dans les circonscriptions d’Île-de-France.