La Défense : Sur France 2, Nicolas Sarkozy en flagrant délit de mensonge

Interrogé sur l’affaire de son fils Jean, qu’il a voulu placé à la tête de l’EPAD, le chef de l’Etat a expliqué que le président du quartier d’affaires est forcément un conseiller général, ce qui expliquerait qu’il ait songé à son fils, lui-même conseiller général à Neuilly-sur-Seine.

C’est tout simplement faux : il n’y a aucune obligation ou même habitude à cela.

En 54 ans d’existence, l’EPAD a été présidé la plupart du temps par des fonctionnaires ou bien par le maire de Puteaux, dont le tiers du territoire se trouve sur le périmètre de La Défense.

Le 1er conseiller général à avoir présidé l’Etablissement public a été… Nicolas Sarkozy lui-même en 2005 ! Alors président du conseil général des Hauts-de-Seine et ministre de l’économie, il a tenu à prendre la présidence de l’EPAD. Une première qui s’expliquait par la volonté de Nicolas Sarkozy d’avoir le contrôle du 1er quartier d’affaires d’Europe. L’année suivante, en 2006, il lance en effet le « plan de renouveau de La Défense » qui accorde de gros avantages aux promoteurs pour agrandir ou construire de nouvelles tours. La crise de 2008 met un sérieux coup de frein à ce plan. En 2009, il tente de placer son fils à la tête de l’EPAD, sans doute pour garder la main sur le grand projet immobilier de son quinquennat.

Suite au retrait de Jean Sarkozy, l’Etablissement public de La Défense est finalement présidé depuis décembre 2009 par… le maire UMP de Puteaux Joëlle Ceccaldi-Raynaud… qui n’est pas conseiller général.

Nicolas Sarkozy a donc menti sur ce point. Mais ce n’était pas le seul.
http://www.monputeaux.com/2012/03/la-defense-sarkozy.html

 

Previous post
Next post

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *