Découvrez le plan définitif du super-métro du Grand Paris

Le trajet n’aura pas été une promenade de santé. Après quatre ans de bataille entre l’Etat et la région, deux projets de transports concurrents et le passage de trois ministres, Maurice Leroy, ministre actuel de la Ville, a signé avec le président socialiste de la région Ile-de-France, Jean-Paul Huchon, un accord de 37 milliards d’euros sur les transports : 20 milliards pour le réseau de 175 kilomètres. Les premières lignes verront le jour en 2025. Ces chiffres peuvent être comparés aux investissements faits par Londres ou Madrid.

Ce tracé a été rendu possible grâce au travail entamé depuis 2006 par les collectivités locales et qui s’est traduit par le plan de mobilisation porté par Jean-Paul Huchon dès 2008 :  améliorer les RER, désenclaver les territoires de l’Est, désaturer la ligne 13, desservir finement les territoires avec de nouvelles gares.

Le projet répond aux urgences en matière de transport et est bien plus qu’un métro automatique reliant uniquement entre eux des pôles économiques. C’est un réel espoir pour des millions de voyageurs franciliens qui attendent de voir leurs conditions de transport s’améliorer au quotidien, comme ils l’ont d’ailleurs exprimé lors des débats publics.

Cette issue positive n’a été possible que par la reprise d’un dialogue respectueux et loyal entre l’Etat et les collectivités locales, après plusieurs mois d’une attitude gouvernementale stérile et arrogante qui avait d’ailleurs conduit à une forme d’impasse.

Un travail très important reste à conduire pour fiabiliser les financements de l’Etat, en investissement comme en fonctionnement, et donner aux Franciliens des perspectives réalistes et responsables pour le calendrier de mise en service des nouvelles lignes.

Previous post
Next post

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *