PS Chaville
PS Chaville

Nucléaire : il faut une parole publique crédible.

Dénoncer, comme vient de le faire Monsieur Besson, le « catastrophisme » de ceux qui s’inquiètent  des conséquences des accidents nucléaires au Japon n’est pas responsable de la part d’un ministre qui hier soir encore, sans éléments d’information précis, en minorait l’ampleur. Alors que le besoin d’information des Français est légitime et appelle une parole publique, non pas rassurante, mais crédible, le gouvernement ne fait que d’affirmer et réaffirmer que ce qui se passe au Japon ne pourrait se passer ici.

Or, en matière de risques nucléaires, chaque accident est inédit et c’est sa survenance qui révèle le risque. En France, nous avons tout à la fois, des centrales nucléaires construites sur des failles  et des centrales vieillissantes. Nous savons qu’il y a des problèmes de maintenance qui conduisent à faire tourner certaines centrales au ralenti.  La centrale de Fessenheim cumule les deux risques. Le Parti Socialiste demande que soit, dans les meilleurs délais, livré aux Français, l’état précis de tous les réacteurs, leur durée de vie, leur production actuelle, les risques spécifiques qu’ils comportent. et que ceux sur lesquels pèse le plus minime incertitude soient arrêtés.

D’autre part, le gouvernement a, il y a moins de deux semaines, porté un coup fatal à la filière photovoltaïque indiquant par là, son désinterêt pour le développement des énergies renouvelables. L’avenir énergétique et industriel de la France passe par des investissements rapides et massifs dans les énergies renouvelables. Les Français ne veulent pas être « rassurés », ils veulent être informés et associés au débat énergétique.

Tribune groupe socialiste – Chaville Magazine – Mars 2011

CHAVILLE ET SON AVENIR

Lors de la présentation des orientations budgétaires pour 2011, Monsieur le maire nous a annoncé une baisse du taux de fiscalité de 5 % qui devrait se répéter en 2012.
Encore heureux !
Après une cagnotte accumulée de plusieurs centaines de milliers d’euros, nous prenons acte de cet « allègement » fiscal, qui malheureusement sera sérieusement érodé par une inflation croissante. Mais alors, l’énorme hausse de 2009 (17,5 %) était-elle inéluctable? Nous en doutons. Ne s’agit-il pas plutôt d’une manoeuvre électorale? Nous le pensons.
L’analyse des besoins sociaux pour 2011 fait émerger des données intéressantes.
Nous voyons qu’à Chaville la moitié des habitants a moins de 44 ans, et que les 30-44 ans représentent à eux seuls 25 % de la population.
Le projet de Centre Ville prévoit, dans les années à venir, 300 à
350 logements qui seront construits dans le Centre-Ville.
Or à l’heure actuelle le nouveau groupe scolaire Paul Bert fait déjà le plein avec 400 élèves, (avec déjà des problèmes d’organisation pendant les heures de repas et de récréation).
D’où pour l’avenir un gros problème d’effectifs et de carte scolaire. D’autre part, le transfert du Centre de loisirs des Petits Bois vers Ferdinand Buisson est excentré par rapport aux besoins quotidiens des parents. Pour l’instant nous n’avons aucune réponse.
Pour nous, le Centre Ville va structurer Chaville pour les 20 prochaines années. Le projet doit prendre en compte impérativement les besoins actuels et à venir des Chavillois
en matière scolaire et périscolaire. Oui au développement de la ville! Non aux m² des promoteurs qui priment sur les équipements publics.
Dans le domaine de la petite enfance, il y a aussi matière à avoir une réelle ambition: il faudra créer des crèches et trouver des solutions qui répondent aux besoins des nouvelles familles attendues. L’OCDE a mis en avant qu’il y avait corrélation directe entre le nombre de places en crèches, et le nombre de naissances. L’insertion des femmes passe par là.
Si un rajeunissement de la population est à prévoir dans les 10 ans à venir, il faut aussi tenir compte du nombre de personnes âgées de plus de 75 ans qui va augmenter. Que devient-on si l’on perd son autonomie? Une seule maison médicalisée existe à Chaville, et c’est un établissement privé qui n’est pas à la portée financière de tout un chacun.
Quant à l’animation commerciale, la voir repartir c’est aussi notre souhait. Nous avons donc voté le prolongement du contrat du manager de ville. Mais faire venir des commerces ne suffit pas, il faut pérenniser leur installation. Depuis un certain temps les fermetures succèdent aux ouvertures.
Pour nous, une ville où il fait bon vivre doit être attractive, active et solidaire.

Jocelyne Quoniam, Yannick Avelino. Conseillers municipaux groupe PS
Tel: 0147505096 (Parti Socialiste – Section de Chaville – BP 20)
Mail: ps.chaville@laposte.net