PS Chaville
PS Chaville

Tribune groupe Parti Socialiste – Chaville Magazine – octobre 2010

LE PLU : SOYONS ATTENTIFS !

En mars 2009, le Conseil Municipal a approuvé la mise en oeuvre du plan local d’urbanisme (PLU). La municipalité doit rédiger un plan d’aménagement et de développement durable (PADD) qui est l’une des pièces constitutive du dossier plan local d’urbanisme (PLU).
Ce plan doit définir les orientations d’évolution et d’aménagement de la commune pour les prochaines décennies.
Concrètement sur quels thèmes nos élus devront-ils s’engager?
La politique du logement : où et comment construire, alors que la valeur du foncier explose?
Quelle proportion de logements aidés ? Quels choix en matière de mixité sociale et générationnelle ? Quelle démographie pour notre ville?
• La politique d’équipements publics : crèches, écoles, lieux d’animation culturelle, espaces verts…
• Le développement économique de notre ville : Comment conforter le tissu économique et favoriser l’implantation d’activités porteuses d’emplois locaux?
• Le plan de circulation de la ville de Chaville, avec un objectif de réduction des déplacements automobiles.

L’élaboration de ce PAAD pose un certain nombre de questions par exemple:
Sur la réduction des déplacements automobiles : cette dernière deviendra réalité à condition de développer lesmodes de transports doux.
Sur la politique du logement : les orientations actuelles du Grand Paris poussent à la densification autour des noeuds de transport en commun. A ce titre, le pourtour de la gare de Chaville Rive Droite sera un espace convoité pour de nouvelles constructions…

A Chaville les zones pavillonnaires présentent une variété architecturale qui confère à la ville une qualité paysagère arborée. Quelles règles de construction retenir pour concilier le respect de ce patrimoine avec de nouvelles architectures ?
L’Etat se veut aussi centralisateur pour conduire le projet du Grand Paris à marche forcée, moyennant des modifications du droit de l’urbanisme destinées à lever les contraintes à la construction.
Comment ce volontarisme influencera-t-il la politique d’urbanisme de notre ville ?
Le PADD est une étape essentielle pour dessiner le futur de notre ville, notre façon d’y vivre, s’y déplacer, communiquer avec les autres villes. Les textes qui en réglementent sa mise en oeuvre insistent sur l’importance de la concertation.
La municipalité doit aussi nous expliquer l’insertion des projets dans le cadre plus large de la Communauté d’Agglomération Grand Paris Seine Ouest.
Le PLU est un projet de ville et d’organisation, pour les citoyens et par les citoyens.
Il requiert une large expression des habitants, avec une explication claire expliquant les enjeux.

Jocelyne Quoniam, Yannick Avelino.
Tel: 0147505096 (Parti Socialiste- Section de Chaville- BP 20)

Grand Huit contre Arc Express : le match n’est pas terminé

Si la gauche a confirmé son ancrage aux élections régionales en Ile-de-France, le « troisième tour » risque d’être tout autre, puisque le président de la République, fort de sa majorité parlementaire, peut imposer aux collectivités locales le projet de loi du Grand Paris, en dépit des oppositions qui se manifestent et du désaveu des électeurs. Deux projets de transport vont être soumis à discussion.
Le « Grand Huit » du gouvernement veut créer un métro automatique géant autour de Paris et va augmenter les inégalités économiques et résidentielles entre les localités desservies et toutes les autres, encouragement au gaspillage foncier en Ile-de-France. La même erreur d’analyse qu’au temps des villes nouvelles se répète.
Ce « grand huit » a deux défauts. Son tempo – il faudra vingt-cinq ans pour l’accomplir – et son coût : 21 milliards. Ce projet est daté, il se réfère au volontarisme des « trente glorieuses ».
Or il y a urgence.
La situation des transports parisiens est inacceptable. Tout se jouera dans les dix ans. C’est dans la banlieue dense qu’il faut améliorer les transversalités par une trame imaginative permettant toutes les mobilités : métro aérien plus rapide et moins coûteux à construire, tramways, bus.

« Arc Express » veut créer ce métro automatique de « rocade » (autours de Paris) principalement souterrain et situé en proche couronne. Fruit d’études poussées, d’échanges multiples avec les acteurs locaux et nationaux, de confrontations d’idées, ce projet Arc Express du président de la région Jean-Paul Huchon  répond à cette demande de mobilité des franciliens sur l’ensemble du territoire de la métropole. Arc Express favorise les liaisons de banlieue à banlieue et améliore la desserte en transports collectifs de tous les Franciliens, qu’ils aient pour origine/destination la petite ou la grande couronne.
Sa mise en service peut être envisagée pour l’un des deux arcs à l’horizon 2017, son coût : 10 milliards.

4 mois de débat public à compter du mois d’octobre
Les deux projets de métro concurrents – le « Grand Huit » et l' »Arc express » – seront tous deux soumis au débat public à l’automne, sans que l’on sache qui les financera ni comment (L’État devait engager dès maintenant 4 milliards, aujourd’hui cette décision est renvoyée à la loi de finances 2011 !).
Les dossiers techniques et financiers seront intégrés aux débats.
La discussion, même si elle risque d’être rude, mérite d’être engagée.
Le dossier destiné au public est établi par l’établissement public « Société du Grand Paris » présidé par Santini.
Dès le 1er octobre, plus de 7 millions de Franciliens seront potentiellement concernés par cette consultation, l’une des plus vastes jamais menées.
Les débats seront menés par le biais de 51 réunions publiques sur le grand huit (essentiellement les localités concernées par les quarante gares prévues de la double boucle) et 21 sur Arc Express, dont 6 réunions communes (une prévue à la Défense).
Paris Métropole (www.parismetropole.fr) contribuera à la réflexion collective sur le réseau de transports en émettant un avis et des principes.

Retrouvez toute l’actualité du projet Arc Express sur www.arcexpress.fr

Site internet de la CPDP (Commission particulière du débat public) :

http://www.debatpublic-arcexpress.org/ ;

http://www.debatpublic-reseau-grandparis.org/informer/dossier-maitre-ouvrage.html

Retraites : la mobilisation est intacte mais le gouvernement n’entend pas le message…

Hier encore, ce sont des centaines de milliers de personnes, de travailleurs, d’étudiants, de retraités, de familles qui ont manifesté contre le projet de réforme des retraites.
Le gouvernement fait comme si de rien n’était, comme si quelques menus   ajustements pouvaient rétablir l’injustice profonde de cette réforme qu’il faut remettre à plat du début à la fin.
Mais, malgré la sourde oreille d’Eric Woerth et de François Fillon, force est de constater que la mobilisation ne faiblit pas, journée après journée, contre cette réforme. Les « arguments pédagogiques » pour expliquer ce désastre programmé ont beau être répétés à longueur d’ondes, la masse populaire n’adhère pas, ne se résigne pas et souhaite un autre projet de société.
Mardi 5 octobre, le Sénat entame l’examen du texte. Partout, la radicalisation du mouvement est en train de germer dans les esprits : les cheminots, la pétrochimie etc.

Le prochain rendez-vous, le 6ème à l’appel des syndicats unis, c’est le 12 octobre ! Il faut que nous soyons présents, en masse, pour dire NON à cette réforme injuste !

Catherine Biffe
Secrétaire de section – Parti Socialiste Chaville

Lettre ouverte à Monsieur Guillet, député-maire de la 8ème circonscription

Par le Comité chavillois de défense des retraites ( comité regroupant le Parti communiste, le NPA, Europe Ecologie, Agir et le Parti Socialiste)

Monsieur le Député-Maire,

Mardi 7 septembre, plus de deux millions de personnes ont manifesté à propos du  projet de loi sur les retraites que vous êtes en train d’examiner à l’Assemblée Nationale. C’est pourquoi, nous nous permettons de vous poser les questions suivantes :

Comment pouvez-vous débattre de la manière d’augmenter la durée du travail dans l’avenir pour des personnes ayant déjà un certain âge, alors que le chômage de masse sévit pour les jeunes  ?
Les Français n’ont pas besoin de travailler plus longtemps, mais de travailler tous ! Le vrai problème, c’est le chômage. S’il n’est pas porté remède au chômage, le recul de l’âge de la retraite revient à demander aux gens de travailler plus longtemps alors qu’ils manquent déjà de travail. Le gouvernement veut donner l’impression qu’il affronte la réalité, la vérité est qu’il la fuit.

Pensez-vous que repousser l’âge légal de départ à la retraite à 62 ans et celui du taux plein à 67 ans, ou d’augmenter le nombre d’annuités, génèrera des emplois supplémentaires et augmentera le nombre de cotisants, ou les ressources des régimes ?
Une partie des personnes entre 60 et 62 ans aura été déplacée de la case retraite vers la case chômage. L’autre partie devra travailler 2 ans de plus, au détriment de l’embauche de centaines de milliers de jeunes à la recherche d’un emploi et au détriment des chômeurs de moins de 60 ans.

Pensez-vous que ces réformes que vous avez votées font baisser le chômage ?
Vous avez encouragé le recours aux heures supplémentaires en les exonérant de cotisations sociales. Ainsi 4 milliards d’euros d’argent public sont dépensés pour inciter salariés et entreprises à faire des heures supplémentaires au lieu d’embaucher des jeunes et des chômeurs … Ces millions d’heures supplémentaires représentent l’équivalent de 420 000 emplois à temps plein …  Vous avez supprimé toutes les règles qui encadraient le cumul emploi retraite. Depuis le 1er janvier 2009, tout salarié peut cumuler, sans limite de revenus, une retraite à taux plein et un salaire à temps complet ou partiel. Les responsables politiques qui multiplient ce genre de réformes font subir aux millions de chômeurs et à leurs proches de graves préjudices.

Pensez-vous que votre projet de réforme est juste ?
Le projet de réformes des retraites fait peser la quasi-totalité des efforts sur les salariés : les salariés fournissent 85% de l’effort financier, la participation des employeurs reste très faible à 15% ! Pourtant, les dividendes versés aux actionnaires sont passés de 3,2% du PIB en 1982 à 8,5% en 2007, en augmentation de 100 milliards d’euros.

Pensez-vous que ce projet est équitable pour les jeunes ?
Ce projet dilapide les ressources du Fond de réserve des retraites pour éponger des déficits dus à la crise alors que ce fond est destiné à faire face, à partir de 2020, à l’arrivée à la retraite des générations nombreuses du papy-boom.

Ne pensez-vous pas avoir fait l’impasse sur la situation de l’emploi alors même qu’elle conditionne l’avenir des régimes de retraite ?
Votre projet n’assure pas l’avenir du financement des retraites au delà de 2018 : l’équilibre financier à l’horizon 2018 n’est assuré qu’en transférant des charges vers l’assurance chômage et l’assurance maladie, charges qui ne sont pas comptabilisées dans le projet. Au bout du compte, vous privilégiez le lobby des assureurs privés et favorisez ceux qui peuvent cotiser à une caisse privée.

Pensez-vous réduire les inégalités liées aux conditions de travail ?
C’est-à-dire réduire la durée de carrière des salariés exposés à des facteurs de pénibilité, et dont l’espérance de vie est inférieure jusqu’à 3 ou 4 années par rapport à l’ensemble des autres salariés ?

Nous vous remercions, en conséquence, de bien vouloir nous apporter vos réponses à toutes ces questions.
Le collectif Chavillois de Défense des retraites.