Tribune groupe Parti Socialiste – Chaville Magazine – septembre 2010

La triple peine ou les… »triplettes de Chaville »

Les craintes que nous mettons en avant depuis maintenant deux ans se sont dramatiquement concrétisées avec la présentation du compte administratif 2009 au Conseil Municipal de juin. Alors que l’excédent de dépenses de fonctionnement atteint le sommet de 2,3 millions euros, c’est une véritable politique antisociale qui se met en place à Chaville.
Sous couvert d’un budget surestimé, ce sont en fait des branches entières de l’action municipale qui ont été sabrées en 2009, notamment avec la diminution de places dans les crèches réservées aux chavillois, la réduction de 20 % des séances de piscine aux scolaires, les centres de loisirs incapables
de répondre aux besoins actuels, les ATSEM en sous-effectifs, certaines réalisations non exécutées comme la mise en place du matériel informatique pour les classes primaires ou exécutées de manière partielle comme l’entretien courant des bâtiments.
La baisse de la fréquentation des familles aux activités municipales ne trompe pas: les effets de la crise, l’augmentation des impôts locaux de plus de 17 % et les très importantes hausses des tarifs municipaux en 2009 ont fortement atteint le pouvoir d’achat des chavillois.
Contrairement à ce que l’on veut nous faire croire, non seulement l’offre de la ville n’est pas maintenue, mais elle est aussi de plus en plus difficile d’accès. Comment s’étonner de la chute de fréquentation du cinéma Atrium après une hausse du billet de 20 %?
Dans ce contexte, toute nouvelle hausse des tarifs 2010/2011 supérieure à l’inflation, après celles sévères de 2009/2010, nous a paru inacceptable; ainsi, nous n’avons pas voté une nouvelle augmentation des tarifs restauration scolaire et goûters (+ 3,4 %), ni celle des séjours de classes de neige (6 à 7 % de plus). La décision de geler les tarifs municipaux nous semblait tout à fait légitime, mais à Chaville, à la différence de nombreuses villes, on a fait le choix contraire.
Enfin, la question qui se pose à la lecture de cet important excédent 2009 de 2,3 millions d’euros qui représente plusieurs points de fiscalité est: pourquoi ne pas avoir proposé une baisse de la taxe d’habitation et de la taxe foncière pour les Chavillois en 2010 après les avoir fortement augmentées de 17% en 2009 alors que cet excédent le permettait? D’autant qu’il est difficile de croire que celui-ci n’était pas connu ou pour le moins ne pouvait être anticipé lors du vote du budget en avril 2010.
C’est donc à une triple peine que sont confrontés aujourd’hui les chavillois dans une conjoncture économique défavorable : hausses abusives des impôts locaux, des tarifs municipaux et baisse des prestations.

Jocelyne Quoniam, Yannick Avelino.
Tel: 0147505096 (Parti Socialiste- Section de Chaville -BP 20)

Previous post
Next post

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *