Déferlante nationale de la petite enfance samedi 29 mai dans toute la France !

Parents, professionnels, citoyens, élus :  contribuons à la Déferlante nationale de la petite enfance samedi 29 mai dans toute la France!

Résumé des chapitres précédents:
17 février, 11 mars, 8 avril, 6 mai 2010, par milliers et par milliers, les professionnels de la petite enfance en grève et les parents l’ont clamé haut et fort :
la politique d’accueil de la petite enfance poursuivie actuellement signerait une régression sans précédent de la qualité d’accueil des tout petits.
En effet, en accueil collectif, le décret gouvernemental ferait régresser la qualification professionnelle des équipes et le taux d’encadrement des enfants.
Plusieurs spécialistes de l’enfance ont récemment rappelé que :
« Depuis 50 ans, on sait beaucoup mieux ce dont les bébés ont besoin pour pouvoir se socialiser, en particulier d’une très grande qualité des rencontres individuelles » et les mesures envisagées sont « contraires à tout ce qu’on a appris » (Pr. Bernard Golse),  « le ratio devrait être amélioré pourun meilleur accueil des enfants et des familles qui nécessitent une attention particulière » (Hubert Montagner),  le décret ouvre « une sorte de brèche pour réduire sensiblement la qualité des conditions d’accueil » (Agnès Florin).
Le Haut conseil des professions paramédicales vient de voter à l’unanimité le report de l’examen du projet de décret pour « défaut de concertation ».
Des élus de toute sensibilité politique prennent position contre les mesures prévues par le décret :
le président du Conseil général du Haut-Rhin, le maire de Paris, le président du Conseil général du Val-de-Marne.
Parallèlement, l’Assemblée nationale vient d’adopter une proposition de loi créant les maisons d’assistantes maternelles, véritables structures d’accueil collectif dérogeant à toute norme de fonctionnement et plaçant parents et assistantes maternelles dans des conditions d’insécurité juridique majeure, en laissant croire aux assistantes maternelles que cela conduira à une amélioration de leur statut et sans garantir aux enfants accueillis des conditions de sécurité affective et matérielle favorables à leur socialisation.
Nous interpellons une nouvelle fois le président de la République, qui, pas plus que son gouvernement, n’a pris la peine de nous recevoir le 6 mai, pour enfin prendre en compte l’exigence unanime des parents, des professionnels et des spécialistes de la petite enfance :
– de retrait du nouveau décret sur l’accueil collectif et de la proposition de loi sur les maisons d’assistants maternels ;
– d’exclusion des modes d’accueil du champ de la directive « Services » ;
– de rétablissement des postes d’enseignants supprimés avec leurs conséquences pour l’école maternelle ;
– d’un plan d’urgence pour l’accueil de la petite enfance, incluant des mesures ambitieuses de formation de professionnels qualifiés.
Avec le mouvement « Pas de bébés à la consigne » nous posons sur la place publique l’enjeu politique de l’accueil de la petite enfance.
Nous appelons parents, professionnels, citoyens, élus à une
Déferlante nationale de la petite enfance samedi 29 mai
lors de manifestations dans les grandes villes de France3
À Paris manifestation à 14h30 départ au RER Luxembourg

Previous post
Next post

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *