PS Chaville
PS Chaville

Peugeot Citroen, le lion sur le départ.

Avec une hausse de 17 % de la pression fiscale locale l’année dernière, Chaville fait partie des cancres du département. Il semble hélas que cette situation s’aggrave avec le déménagement d’un des plus gros contributeurs, le groupe PSA Peugeot Citroën.

Poumon économique de la commune, la marque occupe comme chacun sait un vaste emplacement sur l’avenue Roger Salengro, entre le Puit-sans-vin et la Pointe. Mais il semble que le contexte économique global, auquel s’ajoute une volonté de rationalisation de l’outil de production conduise le constructeur à envisager un regroupement de ses activités sur le site de Vélizy.

S’agit-il d’un redéploiement d’effectifs avec maintien d’activités sur la commune ou départ pur et simple de Chaville ? Silence radio de la part de la municipalité.

Bien triste bilan que celui affiché par une équipe communale qui avait pourtant communiqué sur le dynamisme économique local lors des dernières élections.

Citroën s’ajoute donc à une liste déjà bien longue : en quelques mois, fermeture de deux marchands de journaux d’une pharmacie, d’une boulangerie, d’une agence de service informatique, d’un ébéniste, …

Défendons nos territoires

Près de trente ans après les grandes lois de décentralisation initiées par la gauche, alors qu’un consensus semblait s’être formé pour soutenir cet héritage commun, le gouvernement a décidé de procéder à une vaste recentralisation et à une régression territoriale.

Recentralisation, puisque la suppression de la taxe professionnelle prive les départements et la région d’une grande partie de leur autonomie financière. Le Gouvernement creuse chaque jour le déficit et la dette, il veut reporter sa responsabilité sur des collectivités territoriales meilleures gestionnaires que lui et il prive les communes, les départements et les régions de près de 6 milliards d’euros de recettes par an que les ménages devront payer.

Régression, puisque sous couvert d’un argument démagogique et malsain sur le coût des élus, la création du conseiller territorial signifierait moins de proximité dans les départements et moins de temps consacré aux politiques d’avenir au niveau régional. Le mode de scrutin retenu pour ce nouvel élu serait un grave recul pour la démocratie et pour la parité : il a pour seul but de permettre à la droite de remporter les futures élections.

Dans la foulée des élections régionales dont le résultat a été désastreux pour le Droite, le Gouvernement souhaite faire adopter ses projets avant l’été.

Tribune Groupe socialiste – Chaville Magazine – Avril 2010

LE GRAND PARI: INSTAURER LA CONCERTATION

La restitution des travaux des Etats Généraux a été présentée le 4 février dernier. Au fil du temps, les ateliers se sont vidés de leurs participants. Lors de la réunion de synthèse,  les habitants du Doisu, de Marivel et les jeunes, étaient absents. A croire que beaucoup de chavillois ne se sont plus sentis concernés.
L’opération qui se voulait ambitieuse s’est rapidement essoufflée. C’est une belle occasion manquée.
Que veulent les familles ? Une place en crèche, un accueil en centre aéré. Nos aînés souhaitent la création d’une maison
de retraite accessible à tous, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui.
En parle t-on? Dans le plan pluriannuel dont la collectivité souhaite se doter il n’en est pas fait mention.
La véritable concertation, quel exercice difficile à mener ! Rappelons que lors de la fusion Arc de Seine et Val de Seine, un concours avait été lancé auprès des habitants pour trouver le nom de la future entité.
Là encore, ils n’ont pas eu vraiment le droit de s’exprimer puisque c’est une agence de communication qui a proposé
le nom de Grand Paris Seine Ouest !
Ce nom, d’ailleurs, annonce la couleur : il s’agit d’inscrire la nouvelle communauté dans le Grand Paris voulu par le
gouvernement.
Le projet du Grand Paris version Christian Blanc prévoit de créer une double boucle de métros automatiques reliant
(pour 35 milliards d’euros !) les aéroports internationaux, les gares TGV et une dizaine de pôles de développement économiques, sans lien avec les besoins actuels des Franciliens.
Avec la création d’une « Société du Grand Paris », on veut donner les moyens d’une reprise en main par l’état des prérogatives essentielles en matière d’urbanisme au détriment des collectivités, par exemple la possibilité de préempter autour des 40 gares envisagées.
Ce projet est un retour en arrière sur 27 ans de décentralisation. C’est une fuite vers le passé s’inscrivant à contre-courant des principes de la démocratie participative prônée lors du Grenelle de l’environnement.
L’urgence, aujourd’hui est de réaliser sans délais les projets prioritaires, de répondre aux besoins du quotidien, tout en préparant l’avenir : moderniser tous les RER, aussi bien les lignes que les trains, faciliter les transports de banlieue
à banlieue, renforcer les services de bus de nuit (Noctilien)…
Il serait inconcevable d’en faire table rase.

Jocelyne Quoniam, Yannick Avelino, conseillers municipaux
Tel: 0147505096 (Parti Socialiste -Section de Chaville- BP20)
Mail: ps.chaville@laposte.net – Site internet: http://chaville.parti-socialiste.fr