Retraites : Puisque les femmes vivent plus longtemps !

« Puisque les hommes vivent plus longtemps, il est logique de travailler plus longtemps ».

C’est le genre de raisonnement simpliste, populiste, abêtissant et inconsistant que nous assène la bien pensante élitiste. Tant qu’on y est, pourquoi ne pas poursuivre la logique et affirmer avec le même aplomb :

« Puisque les femmes vivent plus longtemps, il est logique qu’elles travaillent plus longtemps ! ».

Pourquoi une telle unanimité devant tant d’ineptie ? Et pourquoi aussi peu d’esprit critique ? Ne serait-il pas tout aussi légitime et « logique » de défendre :

« Puisque la productivité a explosé en 50 ans(*), il est logique de travailler moins longtemps »,

« Puisque les peuples du monde ont contribués à sauver les banquiers à coups de milliers de milliards, il est logique que ceux-ci, une fois la rentabilité revenue, rendent la monnaie de la pièce »,

« Puisque les paradis fiscaux et l’évasion fiscale engloutissent des sommes astronomiques au détriment des citoyens honnêtes, il est logique de les accuser d’être en grande partie responsables des déficits publics et de vouloir les combattre »,

« Puisque le PIB ne cesse d’augmenter, il est logique qu’il y ait une place pour le financement des retraites »,

« Puisque le CAC 40 à lui seul génère plus de 100 milliards de bénéfice annuel, il est logique qu’une partie serve à financer les retraites (20 milliards suffiront, et encore, à partir de 2020 seulement0 »,

« Puisque la part des salaires dans le PIB ne cesse de diminuer au profit du capital(*) (ce qui représente 180 milliards d’€uros),  il est logique d’imposer davantage le capital ou d’inverser la courbe de répartition des richesses »,

« Puisque Nicolas Sarkozy prétend chercher la croissance avec les dents pour faire chuter le chômage, et donc augmenter le nombre de cotisants et baisser le nombre de bénéficiaires, il est logique que le financement de nos retraites en sera renforcé (**) »,

« Puisque le papy boom, qui accroît actuellement le nombre de retraités, va forcément s’arrêter un jour et que nous subiront un papy « creux », il est logique que le nombre de retraités va finir par diminuer à nouveau »,

« Puisque les femmes françaises font désormais 2 enfants par génération, alors qu’elles n’en faisaient que 1,7 lorsque le précédent rapport sur les retraites a été publié, il est logique que le nombre d’actifs se maintiendra mieux que prévu »,

« Puisqu’on est capable de mettre des milliers de milliards d’€uros pour sauver les banquiers consanguins, il est logique que l’on puisse financer nos retraites, nos hôpitaux, nos services publics, notre recherche, notre éducation. »,

« Puisque le chômage augmente de partout dans le monde, il est logique de chercher des solutions différentes et de lever le tabou du travailler moins pour travailler tous »,

« Puisqu’à 55 ans les entreprises considèrent les salariés comme moins performant et cherchent à s’en débarrasser, il est logique de respecter leur « bon sens » et de plafonner l’age de la retraite vers 55 ans. », …etc, etc, etc.

Une dernière question :

Pourquoi les libéraux, habituellement si confiant dans la capacité créatrice humaine lorsqu’il s’agit de risque nucléaire par exemple, du risque climatique ou lié à la pollution, sont-ils soudainement défiant envers la capacité d’innovation humaine lorsqu’il s’agit du financement des retraites ? Ne font-ils plus confiance en la créativité humaine ? A sa formidable capacité d’invention, d’innovation ? Seraient-ils comme ces obscurantistes, craintifs du progrès, ou comme ces immobilistes, refusant les réformes, au point de n’oser imaginer que l’Homme soit un jour capable de trouver 20 petits milliards ridicules par an pour sauver les retraites ? Quels défaitistes font-ils ! Quelle image rétrograde et en complète opposition avec leur idéal libéral montrent-ils soudain ! Auraient-ils une confiance à tiroir en la capacité créatrice de l’homme ?

Non bien sûr ! Mais, pour bien comprendre leur raisonnement, il faut comprendre leur objectif. Que cherchent-ils ? Que veulent-ils ? Et bien ni plus ni moins que d’appliquer l’autre partie de leur doctrine : le profit. Et pourquoi s’en priver puisque les citoyens ont désormais une peur bleue du chômage, peur de l’avenir, peur de l’état répressif, peur de l’appareil judiciaire ? Ils ne bougeront pas, trop affaiblis qu’ils sont par des salaires et des retraites de misère qui ne leur permet plus d’affronter l’injustice avec dignité, peur du lendemain avec la précarisation, la difficulté de se loger et de boucler les fins de mois, et bientôt, ils auront peur de ne plus pouvoir se soigner si la politique de destruction des services de santé se poursuit. Il ne leur restera plus qu’à courber l’échine avec soumission. Au mieux, certains se suicideront comme chez France Telecom ou Renault Guyancourt. Ils resteront tétanisés, bien sagement, à regarder le pillage organisé de l’état par ces prédateurs « profiteurs » qui s’enrichissent en toute indécence. « Et alors ! Quel est le problème ? » rétorquent-ils ?

Patrick Fournier

(*) Graphes « Explosion de la productivité » et « Réduction de la part des salaires dans le PIB »

graph-prod

graph-salaires1

(**)Si Nicolas Sarkozy était persuadé que la croissance allait revenir, alors il devrait intégrer que le nombre de chômeurs va diminuer et donc réduire les charges de l’assurance chômage. En parallèle, le nombre d’actifs augmenterait, ce qui ferait entrer plus de cotisations pour les retraites. Moins de charges d’un côté, plus de cotisations de l’autre; l’équation de rééquilibrage des finances publiques est d’une simplicité enfantine. Le fait que Nicolas Sarkozy n’intègre pas cette donnée, c’est qu’il ne croit pas dans la perspective d’une croissance forte et nous ment depuis toujours sur « la solution par la croissance » dont il sait qu’elle n’arrivera jamais. La seule solution viendra du travailler tous pour gagner tous, et donc d’un partage du travail et d’un partage des richesses ; d’une rémunération au mérite et non d’une rémunération élitiste réservée à la caste des héritiers du pouvoir et de l’argent.

graph-croiss1

Previous post
Next post

2 Responses to Retraites : Puisque les femmes vivent plus longtemps !

  1. Pharabod Michel says:

    Existe-t-il une courbe ou un graphique montrant les montants des retraites en rapport avec le nombre de personnes qu touchent ces montants?
    OK sur votre analyse.

  2. Georges says:

    Les injustices des retraites.
    Car, il faut le savoir, nous ne sommes pas tous égaux devant la réforme.
    Le régime général qui concerne les salariés du privé a subi de profonds changements en 1993, réforme dite  » Balladur  » (-20%), sans qu’aucune modification n’ait été apportée aux régimes spéciaux.
    La caisse de retraite des députés, en déficit chronique et financé à 88% par le contribuable et ils se sont attribués en 2007 une retraite à vie de 1500 euros par mois pour une cotisation de 4 ans et 3000 euros pour une cotisation 8 ans.
    C’est pourquoi, en toute logique, les Français ne se rendent même plus aux urnes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *