Conseil municipal du 18 décembre 2009

Voici quelques points abordés lors du conseil municipal du 18 décembre :

– Suite à la mutation d’un agent chargé de mission pour la prévention, la sécurité et le commerce, il a été proposé de pourvoir à la vacance du poste par la création d’un emploi de brigadier de police municipale d’une part et de manager de ville d’autre part.

Nous avons demandé un vote séparé et voté contre l’emploi de brigadier.

Le droit à la sécurité est fondamental. Il répond à une demande sociale. Tous les habitants quel que soit le quartier doivent vivre dans la tranquillité.

Qui doit l’assurer ? La police nationale dont la mission est d’être au service des autres,au plus près de la société, de ses problèmes et de ses évolutions.

Nous sommes particulièrement attachés à la police de proximité qui permet de régler les problèmes en amont.

Le 24 novembre dernier , avec les socialistes de Sèvres et de Ville d’Avray, nous avons eu une entrevue avec le commissaire de Sèvres et son adjoint, dans le but d’échanger nos points de vue autour des principales préoccupations qu’expriment nos concitoyens en terme de sécurité publique.

Il a rappelé que les chiffres de la délinquance étaient plutôt en baisse sur sa circonscription et qu’ils seraient communiqués au conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance (C.L.S.P.D)

A l’heure actuelle que se passe t’il ? On supprime des effectifs. En 2010, il y aura 8000 policiers et 2500 gendarmes en moins. On réduit d’un côté et on augmente des effectifs de l’autre en mettant une police municipale dont la formation et l’expérience sont moindres.

A court terme on veut là encore privatiser. En 2015, les agents de police privée seront plus nombreux que les effectifs de la gendarmerie et de la police nationale.

Autre argument contre : cette police municipale a un coût. Qui paiera le local, le véhicule, les effectifs ?

Une fois de plus l’état se désengage sur nos finances locales. La sécurité ce n’est pas la police municipale + la vidéosurveillance, c’est la police nationale avec des moyens pour accomplir sa tâche.

– Nous avons voté pour le manager de ville. Nous avons dit qu’il fallait être inventif et travailler en concertation avec les commerçants du marché.

– Nous avons rappelé que le député-maire de Chaville s’est abstenu lors du vote au parlement de la loi sur le travail le dimanche et que l’ouverture le dimanche après-midi pouvait avoir des conséquences néfastes sur le marché du dimanche matin.

Jocelyne Quoniam et Yannick Avelino, conseillers muncipaux groupe Parti Socialiste.

Previous post
Next post

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *