PS Chaville
PS Chaville

Contre la privatisation de la Poste : Votation citoyenne le 3 octobre

Le gouvernement a décidé de passer en force et veut faire adopter par le Parlement un projet de loi transformant La Poste en société anonyme. Il s’agit du premier pas vers la privatisation du service public postal.

Alors que l’avenir du service public concerne tous les citoyens, Nicolas Sarkozy refuse d’organiser un référendum et veut changer le statut de La Poste par voie parlementaire. C’est pourquoi, le Comité national contre la privatisation de La Poste organise une votation citoyenne le 3 octobre.
A Chaville, les formations politiques faisant parti du Comité ont décidé de s’unir pour organiser la votation :

Rendez-vous Samedi 3 octobre 2009 à Chaville

le matin : à côté de la Poste,
sur le marché du centre ville (avenue Roger Salengro)
et sur la rue de Jouy (près de la gare Chaville Vélizy)
l’après-midi :
sur le parvis de l’Atrium

Tribune du groupe PS – Chaville Magazine – octobre 2009

ZONES D’OMBRE SUR LE CENTRE VILLE

Dans son éditorial de septembre 2009 lemaire se veut rassurant.
Le bilan financier du centre ville, écrit-il, se soldera par un profit
pour la ville.
Il annonce même une baisse de la fiscalité avant la fin de son mandat.
Le même promettait, lors de la campagne municipale de
2008, une baisse de la fiscalité locale, et les chavillois découvrent,
seulement un an plus tard, que celle-ci va, dans un
premier temps, augmenter de… 17 %.

Ces affirmations purement électoralistes ne nous font pas perdre
de vue certains points très importants passés sous silence.
Beaucoup de questions se posent et non des moindres. (suite…)

Grand Paris : l’Etat veut faire main basse sur les collectivités

par Bruno Lemoine

Présentation :
– Une dépêche de l’AFP est passée plutôt inaperçue cet été. Elle n’a que peu été reprise.
Pourtant elle annonce, en donnant des informations assez fiables, ce que va être le texte du projet de loi Grand Paris, particulièrement la création d’une Société du Grand Paris et qui ne va pas que réaliser un métro.
Ce texte, au grand dam des collectivités, fait la part belle à l’Etat dans les projets d’aménagement de l’Ile-de-France.
Ainsi, une société du Grand Paris, détenue majoritairement par l’État et indépendante du Syndicat des transports d’Ile-de-France (Stif) présidé par la région, deviendrait le bras armé de ces dizaines de « projets d’infrastructures d’intérêt national (PIIN) qui relieraient le coeur de l’agglomération parisienne et les principaux pôles urbains, scientifiques ou technologiques, économiques, culturels ainsi que les aéroports internationaux et les gares TGV », précise l’avant-projet.
Sa composition ? L’État sera majoritaire et les collectivités locales seront présentes (article 8) « à hauteur de leurs contributions financières ». De fait, tenant compte des sommes à investir, seul le conseil régional et Paris pourront y accéder.

(suite…)

Paris Métropole un espace d’enjeux urbains

par Bruno Lemoine

Il s’est passé bien des choses depuis le 29 Avril 2009, date de l’inauguration au palais de Chaillot de l’exposition des travaux issus de la consultation internationale « le Grand Paris de l’agglomération parisienne » par le Président de la République.
En effet, dès le lendemain, le 30 Avril 2009, l’arrêté officiel de création du syndicat mixte d’études Paris Métropole a été publié.

Le nom Paris Métropole ne dit pour l’instant par grand-chose au public, quand on ne le confond pas avec le Grand Paris porté par Nicolas Sarkozy.
Il cache pourtant une structure d’un nouveau genre qui entend renouveler les relations entre Paris et ses banlieues.
(suite…)

Rentrée scolaire 2009 : l’éducation de nos enfants en danger

– Suppressions massives de postes : 11 000 en 2008, 13 500 en 2009, 16 000 prévues pour 2010.
Conséquences : nombreuses fermetures de classes, remplacements non assurés, suppressions d’options et
de disciplines, hausse des violences…
– Moins d’infirmiers et moins de médecins dans les écoles.
– Suppression progressive de la carte scolaire, créant un système éducatif à deux vitesses.
– Diminution des moyens dans les écoles maternelles rendant difficile pour les parents la scolarisation
des moins de 3 ans.
– Nouveaux enseignants moins bien formés à cause des réformes du gouvernement.
– Journées plus longues pour les élèves du primaire avec la semaine de 4 jours :
élèves mis sous pression, notamment les plus fragiles.
– Disparition des RASED (réseaux d’aides spécialisées pour les élèves en difficulté).
– Diminution du nombre d’auxiliaires de vie scolaire (AVS) qui accompagnent les élèves handicapés.
– Réforme de l’enseignement professionnel se traduisant par un étranglement des filières et
des difficultés grandissantes pour les élèves les plus fragiles.

Le parti socialiste propose :
> Un moratoire immédiat sur les suppressions de postes et une programmation pluriannuelle des recrutements de personnels.
> Un plan de lutte contre les inégalités scolaires : renforcer les ZEP, diminuer le nombre d’élèves par classe, promouvoir les expériences innovantes, soutenir les familles en difficulté et assurer la mixité sociale.
> Un vaste chantier d’amélioration des méthodes pédagogiques pour la réussite de tous, à tous les niveaux scolaires et avec l’ensemble des acteurs concernés.
>  Une revalorisation des métiers de l’éducation et une rénovation de la formation des enseignants. Il faut investir dans l’avenir de notre pays et de nos enfants en faisant de l’éducation une priorité absolue

Participez à la construction du projet des socialistes pour l’éducation :
http://www.agirpourleducation.fr