PS Chaville
PS Chaville

Le 7 juin : votez Harlem Désir

Le 7 juin auront lieu les élections européennes. Ce sont des élections extrêmement importantes et fondamentales. N’oublions pas que plus de la moitié des lois votées en France découle de directives issues du Parlement Européen ! L’Europe influe, tous les jours, sur notre quotidien : la santé, les transports, le logement, l’emploi ou les services publics.
Par votre vote le 7 juin, vous pouvez faire basculer l’Europe à gauche.
Les 27 partis socialistes européens présentent tous le même programme avec quelques mesures phares :

  • Un pacte européen de progrès social qui garantira un SMIC dans tous les États membres.
  • Une directive pour défendre les services publics.
  • L’harmonisation fiscale entre tous les États membres.
  •  La création de 10 millions de nouveaux emplois grâce à une stratégie européenne pour une croissance écologique.
  • Un vrai plan de relance coordonnée, en faveur de la consommation et de l’investissement. Financé par un emprunt européen, il lancera la réalisation de grands travaux.
  • Le contrôle des marchés financiers et l’interdiction des paradis fiscaux.
  • Une politique commerciale de juste échange, fondée sur le respect des normes sociales et environnementales.

Alors, le 7 juin, il est nécessaire d’aller voter, de se mobiliser.
Pour un projet européen ancré à gauche.
Pour manifester notre refus de la politique de Barroso/Sarkozy
Parce que le vote socialiste, c’est le vote utile.
Le 7 juin, un seul tour, un seul vote,
votez Harlem Désir

L’Itinérant du 18 au 24 mai : Extrait de l’Edito de Rodolphe Clauteaux,

Pour 2 €uros – le prix du journal l’Itinérant – ,vous contribuerez chaque semaine à financer le premier hebdomadaire de lutte contre la misère et la précarité, mais surtout vous y découvrirez un franc parler, des mots simples et naturels, ceux qui résistent encore au politiquement correct, à la pensée unique ou au poids des sondages, ceux qui vous font dire que les jeunes des banlieues, tant décriés, sont les derniers à avoir conservés leur bon sens. Parfois vous y trouverez quelques perles comme cette histoire de gros-gras triomphants facho-facho ou facho-staliniens qui, l’un comme l’autre, finissent par se servir de l’Etat plutôt que le servir. Lisez cet article que nous compte, avec un certain humour, Rodolphe Clauteaux dans son édito de la page 3.

 

 

Extrait :

 

« … Il faut dire que lorsque les conseillers économiques de Reagan et de Tatcher étaient encore à l’université, ce devait être aux alentours des années 30-40, les Etats forts, dominants, agressifs, étaient fascistes. Facho-facho ou facho-staliniens. Leurs économies étaient centralisées, les nomenklaturas nationales concentraient tous les pouvoirs, vivants comme nababs tant qu’ils complaisaient au Petit Père, au Duce ou au Fuhrer. Il était donc compréhensible que de jeunes professeurs, leur frais doctorat à peine en poche, prêchent la bonne parole libérale à leurs jeunes étudiants.

Bonne parole qu’un peu de sagesse intellectuelle et de recul historique leur auraient fait reconnaître dans la marche de l’Humanité qui, avec tant d’effort, était sortie de la jungle afin d’échapper à sa loi.

Car de fait, l’ultralibéralisme, la disparition de l’Etat national, c’est ça. Tout bonnement. Simplement. Courtement dit. C’est le désir des gros, des gras, d’instaurer la loi de la Jungle. En effet, dans la jungle, les gros et les gras triomphent. Or nos gros et nos gras veulent continuer à triompher.

Cela dit, aux maigres et aux petits, il reste un espoir. En effet, la jungle est un endroit difficile. On y rencontre facilement un plus gros que soi. Il faut courir, constamment, se cacher. Monter aux arbres, en descendre… Or, plus on est gros et plus on est gras, et plus c’est difficile. Et plus on maigrit. Et plus, si on n’a pas eu la chance de trouver à temps la bonne diète, on se fait manger !

Voici donc l’espoir qu’il nous reste. Que les ultralibéraux se mangent et remangent entre eux. Et que, lorsque la situation leur deviendra épineuse, qu’ayant suffisamment maigris pour avoir l’air d’être des petits et des humbles, ils changent de comportement, de lois, qu’ils se mettent alors à désirer un Etat fort et, bien sûr, ses ressources.

C’est-à-dire la sueur de nos fronts et le contenu modeste mais innombrable de nos poches.

Rodolphe Clauteaux.

PS : Mais au fait ! Ne serait-ce pas ce que viennent de faire tous les boursiers, les banquiers, les financiers de l’univers !?… »

Tribune groupe PS – Chaville Magazine – Mai 2009

LE FARDEAU FISCAL
Durant sa campagne électorale de 2008, l’objectif premier de notre maire était de « maîtriser les charges de fonctionnement et de réduire la pression fiscale ».
Sa première promesse était de « réduire, en 6 ans, les taux de la taxe d’habitation et de la taxe foncière ».
Et pourtant, ces 2 impôts augmentent considérablement, de plus de 17 %; la taxe d’habitation atteindra 17,19 % et la taxe foncière du bâti 20,70 %. C’est énorme!
Notons qu’à Meudon, ville de résidence de notre maire, ces deux taxes évoluent respectivement de 0 et 3 %.
Avec la crise, cette nouvelle pression fiscale va peser très lourd sur les budgets des ménages et particulièrement sur ceux des classes modestes et moyennes.
Quand on constate que les dépenses des fêtes et des cérémonies augmentent de 32 %, l’information, la communication et la publicité de 50 %, il y a de quoi s’étonner!
En ces temps difficiles, Monsieur Guillet n’a pas fait les bons choix.
Notre édile martèle « il faut maîtriser les dépenses sans diminuer les prestations municipales servies à la population »
Pourtant on annonce la fermeture de tous les centres de loisirs pendant 2 semaines, en août, sur le site de lamairie. Du jamais vu!
Y a-t-il eu concertation avec les familles ? Non, et aucune solution alternative n’est proposée à ce jour aux parents.
Beaucoup sont en colère.
Mais on ne craint pas, par ailleurs, de nous ressortir le vieux marronnier des Etats Généraux. Aux dernières nouvelles ce serait paraît-il pour avril.
Les habitants recevraient un questionnaire par lequel ils pourraient s’exprimer: le triomphe de la concertation en quelque sorte!
Si le principe de la rénovation complète de l’école élémentaire « Ferdinand Buisson » nous satisfait, nous sommes inquiets, malgré les propos rassurants de notre maire, quant au devenir de la Caisse des écoles.
Pression fiscale insupportable, concertation en trompe-l’oeil dans une conjoncture inquiétante, absence de véritable projet de ville: au terme d’un an de mandature le bilan de M. Guillet est pour nous négatif.

Réunion publique au SEL (sèvres) le 19 mars 2009 à 20H15

Harlem DesirLa section socialiste de Chaville vous invite à venir nombreux à la réunion publique qui aura lieu Mardi 19 mars 2009 à 20H15 au SEL à Sèvres.

Thème du débat :  Face à la crise, que proposent les socialistes européens ?
En présence  des candidats : ‘Harlem Désir (tête de liste pour l’Ile de France), Pervenche Berès, Lucile Schmid, Benoit Marquaille.

Seront présents aussi Jean-Paul Huchon (président du comité de soutien) et Pascal Buchet (1er secrétaire fédéral du PS Hauts de Seine).

Chaville Socialiste – Mai 2009

Lisez et diffusez dès à présent le nouveau Chaville Socialiste !
Au sommaire :
– Etats Généraux, les vraies questions que Jean-Jacques Guillet ne veut pas vous poser.
– Entretien avec Jocelyne Quoniam et Yannick, conseillers municipaux groupe socialiste
– Elections européennes le 7 juin : citoyens d’abord !

N’hésitez pas à le commenter !

Téléchargez le Chaville Socialiste Mai 2009

Le manifeste : le projet des socialistes européens

Le Manifeste du PSE est un document élaboré à partir du travail de milliers de militants de tous les partis socialistes d’Europe. Il est unique en son genre car il est le seul programme commun pour ces élections. Aucune autre formation siégeant au Parlement européen n’a été aussi loin. Il est le résultat également d’un travail mené par des partis confrontés à des réalités différentes – certains sont au pouvoir, d’autres sont dans l’opposition – mais animés par des ambitions communes.

Nous y avons intégré toutes les options politiques qui expriment face aux électeurs notre projet politique commun pour l’Union européenne en insistant sur le clivage gauche-droite. Le manifeste de 2004 n’était que le résultat de discussions entre dirigeants des partis membres. Nous voulions le rendre plus vivant et concret, pour relancer l’intérêt des citoyens dans ces élections plombées par l’abstention.

Poul Nyrup Rasmussen, président du Parti socialiste européen (PSE ou PES en anglais), a proposé de changer profondément ce processus : le Manifeste a été préparé par des propositions recueillies à la base des partis membres. C’était une démarche sans précédent.

Les militants pouvaient soit envoyer leurs idées sur le site manifesto2009.pes.org ou monter des débats dans leurs régions sur les thèmes choisis.

Le Manifeste a ainsi reçu les contributions de milliers de militants de toute l’Europe. Preuve que « les citoyens d’abord », c’est plus qu’un slogan, c’est déjà une pratique politique chez les socialistes.

Le 12 mars dernier, les militants socialistes français ont également adopté un texte d’orientation « Donner une nouvelle direction à l’Europe« , pour enrichir le manifeste européen, avec nos spécificités, notre approche des problèmes mais aussi ceraines de nos réponses.

Les socialistes français disposent donc aujourd’hui de deux textes fondamentaux pour entamer la campagne des élections européennes.

Les socialistes européens sont unis pour réaliser concrètement ce changement et remettre les citoyens au cœur d’une Europe plus sociale, plus écologique, plus solidaire. Le Parti Socialiste français mène, avec ses partenaires européens, la première campagne européenne à l’occasion de ces élections. Parce que les problèmes sont communs, les réponses sont communes et la campagne doit l’être tout autant.
 
Il faut donc créer le mouvement qui portera demain une majorité de gauche en Europe. Mobilisons nous pour faire connaître le Manifeste !

Téléchargez le Manifeste

Changer l’Europe maintenant !

Harlem DesirMercredi 13 mai 2009 à 19h

Grand meeting au Cirque d’Hiver avec Harlem Désir, Martine Aubry, Bertrand Delanoé,

Cirque d’Hiver, 110 rue Amelot – Paris 11è  – métro : filles du calvaire